Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Lenny Abrahamson (Irlande)

"Room" Sortie en salles le 9 mars 2016.

Jack, un enfant de cinq ans et sa mère vivent séquestrés dans une pièce exiguë d’où ils ne voient de l’extérieur que le bout de ciel qui apparaît dans le cadre d’un velux.

L’enfant qui n’a jamais rien connu d’autre s’accommode plutôt bien de cet univers restreint dont il a fait, de chaque minuscule parcelle, un terrain de jeu où il laisse aller son imagination.

Ma, la mère, l’éduque avec les moyens du bord. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure.

Mais l’amour de Ma va la pousser à organiser l’évasion très risquée de son enfant. Elle provoque les symptômes d’une forte fièvre qui nécessite une hospitalisation et un déplacement au cours duquel elle recommande à l’enfant de se jeter hors de la voiture au premier ralentissement.

Des circonstances favorables vont permettre à Jack de réussir son évasion et un peu plus tard de retrouver sa mère.

Mais comment un enfant qui n’a rien connu d’autre que la vie dans une pièce close avec sa mère pour seule compagnie, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, va-t-il pouvoir s’accommoder de l’espace de la ville, du monde, des codes qu’une vie familiale élargie suppose ?

Inspiré du best-seller d’Emma Donoghue le film de Lenny Abrahamson pose essentiellement deux questions : comment peut-on espérer qu’un enfant puisse se développer normalement loin de toute société et quelle peut être sa réaction quand, en quittant un lieu clos, il découvre l’immensité du monde réel dans lequel il devra partager l’exclusivité de la relation entière et l’amour exclusif qu’il partageait avec sa mère...

Cinéma : Room

Dans une première partie du récit qui décrit la vie "enfermée" de la mère et de l’enfant sont analysés les liens qui permettent de trouver la force nécessaire pour survivre au chaos, pour créer dans un espace et des possibilités réduits, un univers possible et respirable et trouver la force de réinventer un quotidien pour que chacun évolue sur des bases saines.

Du point de vue de Jack, la chambre représente un monde entier et il n’a aucun moyen de savoir que sa mère y a été enfermée.

La chambre est un univers à part entière et l’extérieur le grand inconnu effrayant qu’il va falloir affronter.

La dualité de ces deux espaces, la sécurité que procurait la prison et les dangers de la liberté soudaine constituent la mécanique d’un récit conduit avec efficacité, que ce soit dans l’intimité ou dans le brouhaha de l’extérieur.

Lenny Abrahamson donne une tonalité particulière à chaque épisode de son film. Il décrit avec minutie et précision la vie de la mère et de l’enfant dans la chambre. Il aborde les codes du suspense dans l’épisode de l’évasion et plonge son récit dans l’univers bourgeois pour la période où Ma est recueillie par ses parents.

Une caméra parfois un peu trop agitée, une musique insistante soulignent les moments d’intensité.

On pourra regarder " Room " comme un film passionnant, on pourra tout autant lui reprocher certaines facilités dans la forme, des concessions aux codes du thriller mais chacun reconnaitra la qualité de la distribution : Brie Larson dans le rôle de la mère et le jeune Jacob Tremblay dans celui de Jack sont époustouflants.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)