SEGPA-EREA

SEGPA : dilution en vue

Suite au rapport de l’IGEN sur le traitement de la grande difficulté scolaire, le ministère a mis en place un GT sur le devenir des Sections d’Enseignement Général et Professionnel Adapté.
Le SNES et la FSU y portent leurs analyses et propositions pour conforter la SEGPA dans ses missions spécifiques et améliorer son fonctionnement.

Le document de travail du ministère reprend certaines propositions du rapport « afin de faire de la SEGPA une voie d’inclusion ».

Il s’agirait notamment de « clarifier la procédure d’orientation ». C’est en effet une nécessité, mais pour le ministère, cela devrait conduire à reporter l’entrée en SEGPA à la fin du cycle CM1-CM2-6ème.

En outre, il propose de construire des parcours plus inclusifs et envisage « un fonctionnement en dispositif, sur le modèle de celui des ULIS » ; les élèves de SEGPA seraient ainsi « inclus » dans les classes ordinaires du collège pour un certain nombre d’enseignements.

Dans cette optique, la formation spécialisée, qui distingue entre handicap et adaptation, devrait être décloisonnée. Et le ministère d’appeler même de ses vœux une « organisation moins cloisonnée » entre collège et SEGPA allant jusqu’à « des échanges de services ».

Une voie de réussite à conforter

Le SNES-FSU récuse la confusion entre ULIS et SEGPA. Cette structure, qui accueille des élèves qui présentent des difficultés « graves et durables » doit être confortée pour garantir le droit de ces élèves (près de 90 000) à un véritable enseignement adapté qui contribue à éviter sensiblement les sorties sans qualification et permet à 75% d’entre eux d’obtenir ensuite un CAP en trois ans.

La classe de 6ème marque l’entrée au collège et dans les enseignements du 2nd degré et non la fin d’un cycle primaire. L’orientation doit donc rester possible dès l’entrée au collège.

Mais, pour ceux qui en relèvent mais pour lesquels les familles ont préféré une scolarisation en classe ordinaire en classe de 6ème, il faut prévoir leur inclusion progressive dans les classes de SEGPA qui permettra de mieux les accompagner dans leurs apprentissages et préparer, à terme, une scolarisation complète en SEGPA.

Enfin, les enseignements doivent y être assurés « principalement » par les PE et les PLP.

Le SNES et la FSU porteront ces propositions lors des 5 réunions qui se tiendront de mars et juin.

Autres articles de la rubrique SEGPA-EREA

  • La SEGPA Une structure d’intégration au collège
    Les sections d’enseignement adapté permettent d’accueillir au collège des élèves fragiles avec des difficultés scolaires « graves et persistantes ». Scolarisés dans des classes à petit effectif, ils... Lire la suite (17 octobre)
  • SEGPA : nouveaux horaires à venir
    Le Conseil supérieur de l’éducation a travaillé le 15 octobre sur un arrêté déterminant les horaires des SEGPA. Fixer les grilles dans un texte réglementaire et non plus dans une circulaire est une... Lire la suite (17 octobre)
  • CIRCULAIRE SEGPA UN PROJET INADAPTÉ
    Le ministère a soumis aux organisations syndicales fin mars un projet de circulaire transformant radicalement la SEGPA sous couvert d’inclusion. Le SNES et la FSU ont défendu le maintien d’un «... Lire la suite (17 octobre)
  • SEGPA : RASSURÉS ?
    Après avoir tenté sans succès cet hiver de dissoudre les SEGPA dans les classes ordinaires, le ministère semble être revenu à davantage de raison. Le dernier projet de circulaire est tout aussi... Lire la suite (17 octobre)
  • EREA : le ministère ouvre un groupe de travail
    Les organisations syndicales ont été réunies pour un premier GT sur les 79 Établissements régionaux d’enseignement adapté (EREA), dont 75 internats, qui prennent en charge des élèves en grande... Lire la suite (Novembre 2014)