US 726 du 14 janvier 2013

Sciences Médico-Sociales :<BR<2013 : une bonne année ?

Malgré la reconnaissance de
l’agrégation sciences médico-sociales,
on peut déplorer la suppression
de nombreuses divisions en ST2S.

Le SNES peut se féliciter de la création de l’agrégation
SMS, fruit de son action depuis des
années. L’arrêté du 14 septembre 2012, modifiant
l’arrêté du 28 décembre 2009 publié au JO du
27 octobre 2012, précise les modalités de ce nouveau
concours qui verra sa première session
ouverte en 2014, d’après l’inspection générale
(inscription en mai-juin 2013).

Néanmoins, on peut critiquer l’absence d’une
ouverture immédiate du concours interne qui aurait permis de revaloriser le travail des professeurs
déjà en exercice et faire reconnaître leurs
compétences auprès d’élèves qui réussissent par
la voie technologique.

UNE ANNÉE DE DESTRUCTION

Cette année encore se voit entachée par des
logiques de destruction de la voie technologique,
faute de remise en question de la réforme du lycée.
Les premiers groupes de travail des rectorats présentant
les cartes de formations sanitaires et
sociales dans les académies d’Île-de-France notamment
annoncent des fermetures à la volée de
divisions ST2S : quatorze divisions à Créteil, onze
à Versailles. L’argument des rectorats est la fin du vivier d’élèves BEP arrivant en Première ST2S.

Nous perdons effectivement des élèves avec la
mise en place du bac pro ASSP et la disparition du
BEP, mais notre hiérarchie et les réformes en cours
(réforme du lycée entre autre) ont bien sacrifié
cette série avec un enseignement d’exploration illisible
pour les élèves et une orientation malmenée.
Pourtant, la série ST2S a toute sa pertinence au
regard de l’évolution de l’emploi dans le domaine
sanitaire et social aux niveaux II et III (infirmières,
travailleurs sociaux) qui prévoit dans les années à
venir un besoin de plus de 25000 emplois rien
qu’en Île-de-France, alors que le bac pro offre des
débouchés aux niveaux V et IV (aide-soignant,
auxiliaire de puériculture) différents du bac ST2S.

UNE ANNÉE HYPOCRITE

Concernant les postes des professeurs de STMS,
les rectorats proposent maintenant officiellement
leur affectation en lycée professionnel, notamment
dans l’académie de Créteil, mais aussi dans
les autres académies où des affectations sont déjà
en cours pour des collègues titulaires de CAPET,
sans aucune concertation.

Il n’y a aucune obligation pour les professeurs
d’accepter ce type de reconversion. L’inspection
générale a reçu le SNES le 15 novembre et a signalé
son désaccord avec une procédure systématique.
Le SNES présent dans toutes les instances représentatives
et auprès des collègues se mobilise
pour dénoncer cette situation. Il appelle à participer
également à la grève et à la manifestation
nationale du jeudi 31 janvier prochain englobant
les revendications en termes de conditions de
travail, de rémunération, de modes de gestion
impactant le service public de l’éducation et
notamment un manque de mesures d’amélioration
des conditions d’exercice dans les lycées.

Thierry Reygades

Autres articles de la rubrique US 726 du 14 janvier 2013