Archives

« Sciences de l’ingénieur » et « Création et Innovation Technologiques » : des projets consternants

On pouvait s’inquiéter quant à la faisabilité avec 54 heures pour l’année d’un enseignement technologique industriel, serait-il « d’exploration »...

Les projets de programmes des options « Sciences de l’ingénieur » et « Création et Innovation Technologiques »( ici sur eduscol ) confirment ces inquiétudes au delà de tout ce que l’on pouvait craindre. Ces projets sont à la fois inconsistants et irréalistes, sans compter l’absurdité qui consiste à élaborer ces programmes alors que l’architecture de la voie technologique industrielle n’est pas même définie dans ses grandes lignes.

Inconsistants

A rebours de ce qu’affichent les préambules, on est bien loin d’un enseignement technologique tel que nous le concevons ; ces programmes s’appuient sur des démarches intellectuelles qui n’ont pour ambition que de donner à voir, et non sur des démarches technologiques appuyées sur des pratiques concrètes.

Exit les pratiques ! Et place aux notions de création, d’innovation, d’environnement et de développement durable ! Sans avoir d’opposition de principe, on est là dans l’incantation et l’effet de mode.

Comment pourrait-il en être autrement lorsque cela ne pourra guère être abordé que de manière abstraite. « (Les études de cas) privilégient l’exploitation des possibilités qu’offrent désormais les outils de représentation virtuelle... » qui, pour nous, ne peuvent faire sens que dans un aller-retour avec l’action sur des systèmes réels. Utilisés de manière quasi-unique, ils n’ont qu’un intérêt d’économie [1]. Or, c’est au travers d’une confrontation au réel que l’on peut prendre la mesure des « contraintes, technologiques et environnementales », mais aussi normatives, etc.

De plus, contrairement à l’espérance affichée, ce type d’activité risque fort de rebuter rapidement des élèves pour lesquels la confrontation au réel et l’action sur celui-ci représentent un levier nécessaire à l’implication dans les savoirs.

Enfin les décalques, voire copier-coller, entre ces deux programmes ne peuvent que laisser sceptique sur la cohérence propre de chacun de ces enseignements d’exploration.

Irréalistes

Les « notions » à aborder en enseignement de « Création et Innovation Technologiques » vont de la compétitivité au prototype, en passant par les brevets et représentations numériques. On compte 26 items en 54 heures et dont certains mériteraient à eux seuls un travail approfondi ne serait-ce que pour une première approche.

Aucun item n’est contestable en soi [2], mais leur empilement (ou leur juxtaposition ?) serait déjà problématique dans le cadre d’un enseignement magistral.

Cela devient totalement improbable dans le temps imparti et avec les activités proposées [3], avec de surcroit un projet à mener [4]. D’autant qu’il faudrait aussi consacrer du temps à la « maitrise d’outils informatiques », à la « matérialisation des propositions et leur communication », à « l’invitation de professionnels ou d’experts »... Indigestion assurée !

Un constat similaire peut être dressé pour l’enseignement de « Sciences de l’ingénieur », même si l’ensemble est un peu moins démesuré et que l’expertise des enseignants de l’actuelle option ISI devrait permettre une mise en place moins problématique.

Dénaturation des enseignements technologiques industriels de seconde

Tout cela se traduirait par une dénaturation complète d’un véritable enseignement technologique industriel.

Au final, le risque est fort de voir ces enseignements se transformer en une succession de « conférences magistrales », dans le cadre d’un horaire annualisé de 54 h !..

Décidément, ces projets de programmes ne font que confirmer ce qui était prévisible avec un cadre horaire de 54h/an : les enseignements d’exploration proposés ne permettront pas aux jeunes de s’engager en toute connaissance de cause dans des formations technologiques industrielles, en mesurant ce qui en fait la spécificité ; ils risquent même de les en détourner.

Ne laissons pas imposer ces projets consternants

N’hésitez nous faire part de vos analyses et des actions que vous menez contre ces projets qui, dès la seconde, menacent la voie technologique à :
enseignements.technologiques@snes.edu

Notes

[1Ces deux enseignements sont censés se dérouler « dans une salle dédiée comportant essentiellement des ordinateurs complétés par des dispositifs expérimentaux simples » !

[2Encore qu’il serait plus pertinent d’étudier la notion de « marché » dans l’enseignement de « Sciences économiques et sociales » ou de « Principes fondamentaux de l’économie et de la gestion », en relation certes avec les thèmes abordés en « Création et innovation technologiques ».

[3Activités visant entre autres à faire vivre aux élèves « une démarche de créativité pour aborder de nouvelles solutions technologiques dans le respect du développement durable. », objectif intéressant mais ô combien exigeant en temps

[4La mention de ce projet serait un point très positif s’il était viable, même si on peut s’interroger en lisant qu’il doit « prendre en compte les aspirations des élèves »...

Autres articles de la rubrique Archives