Solidarité avec les syndicalistes enseignants en Turquie

Solidarité avec les syndicalistes turcs d’Egitim Sen et de Kesk

Le 13 Janvier 2014 a débuté à Ankara le procès de 502 manifestants, la plupart membres du syndicat enseignant le plus représentatif, Egitim Sen, et de la fédération des services publics KESK.

Ce jour-là, ont été auditionnés 25 membres des exécutifs des 2 organisations, accusés d’avoir participé à deux jours de protestation contre la nouvelle réforme de l’éducation alors que le gouvernement local d’Ankara les avait interdits sans en donner les raisons. Les 28 et 29 mars 2012, une grève a été organisée, ainsi qu’une manifestation qui s’est terminée par une répression policière brutale. Le SNES était présent auprès des camarades turcs lors de l’audience du 13 Janvier à Ankara, comme il l’a toujours fait depuis qu’Egitim Sen et Kesk subissent une répression inacceptable pour fait de grève ou de manifestation. En effet de nombreux militants se sont déjà retrouvés en prison, dont le Secrétaire Général d’Egitim Sen qui est resté neuf mois derrière les barreaux. Lors de la conférence de presse qui a succédé au procès, les organisations syndicales turques ont exprimé leur reconnaissance envers le SNES en lui accordant un temps de parole conséquent. Etait également présente une délégation d’une vingtaine de membres d’autres syndicats du CSEE et la Fédération Syndicale Européenne des Services Publics. Il est à noter que la Cour Européenne des Droits de l’Homme a déjà condamné à plusieurs reprises le gouvernement turc pour non respect des droits fondamentaux et syndicaux, alors même que la Constitution turque les proclame haut et fort. Le SNES s’est de nouveau adressé au Ministre des Affaires Etrangères pour qu’il agisse en faveur du respect des droits de grève, d’association et de manifestation en Turquie, afin que les camarades ne soient plus inquiétés quand ils mettent en application le droit syndical.
Le tribunal a prévu l’audition de 25 manifestants par jour, jusqu’à atteindre le nombre de 502, ce qui représente une procédure sans précédent Le verdict n’interviendra qu’à la fin.
Le SNES continuera à agir sans relâche pour faire reconnaitre à nos camarades turcs leurs droits fondamentaux et syndicaux.

Autres articles de la rubrique Solidarité avec les syndicalistes enseignants en Turquie

  • Solidarité avec Egitim Sen en Turquie
    Répression syndicale en Turquie Du jamais vu ! 502 militant ( e)s et dirigeant ( e)s de KESK, la Confédération des syndicats du secteur public et d’EGITIM-SEN, le syndicat de l’éducation, vont... Lire la suite (Décembre 2013)