Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Partho Sen-Gupta (France-Inde)

"Sunrise" Sortie en salles le 2 mars 2016.

A Mumbai, l’inspecteur de police Joshi souffre toujours de la disparition de sa fille survenue dix années auparavant.

Il fait, la nuit, un rêve récurrent. La même ombre noire le conduit au "Paradise", un bar où des fillettes se produisent sur scène devant des adultes.

Joshi qui enquête sur la disparition d’autres enfants, espère retrouver sa fille, dont il est certain qu’elle est toujours vivante, un jour parmi eux.

Enfant, le metteur en scène a été l’objet d’une tentative d’enlèvement avortée. Le souvenir de l’événement l’a longtemps poursuivi, puis il a fini par oublier.

Jusqu’au jour où, passant devant un commissariat, il a assisté à une manifestation silencieuse qui regroupait des personnes portant des pancartes sur lesquelles on voyait les visages souriants d’enfants qui avaient disparu.

Si la terrible réalité donne le chiffre d’au moins cinquante mille disparitions d’enfants en Inde chaque année, Partho Sen-Gupta n’a pas réalisé un film réaliste sur le sujet.

"Sunrise " est le voyage émotionnel d’un père désespéré à la recherche de sa fille disparue selon un tracé narratif non linéaire qui multiplie les pistes non seulement dans le déroulement du récit qui oscille sans cesse entre la réalité, les rêves et les fantasmes de Joshi, mais joue sur différentes atmosphères à la faveur d’un travail permanent sur les lumières.

C’est peut-être dans le monde imaginaire qu’il pénètre, que Joshi trouvera réparation et justice, un monde dont il peut, de cette façon, devenir le héros justicier, celui qui viendrait à bout des méchants et finirait par retrouver sa fille.

Partant de l’idée qu’à un certain degré de la douleur, l’être humain est capable de prendre ses désirs pour des réalités et de ne plus faire la part de ce qui relève du réel ou du fantasme, il construit un "objet cinématographique" qui repose sur une utilisation magnifique des lumières et sur le rideau ininterrompu de pluie qui inonde les décors et les personnages et dont se dégage, un sentiment d’oppression, de suffocation.

Cinéma : sunrise

Partho Sen-Gupta aurait pris le parti de l’esthétisme au détriment d’un traitement lisible du sujet s’il n’avait confié à son personnage principal, interprété par le comédien de théâtre Adil Hussain, la responsabilité de restituer sa part de réalisme au récit, par une palette de jeu très dense.

En l’absence de dialogues, la musique minimaliste d’Eryck Abécassis devient un élément essentiel du récit en prise directe avec les mouvements de caméra, le son et le jeu des acteurs.

A voir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)