Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Partho Sen-Gupta (France-Inde)

"Sunrise" Sortie en salles le 2 mars 2016.

A Mumbai, l’inspecteur de police Joshi souffre toujours de la disparition de sa fille survenue dix années auparavant.

Il fait, la nuit, un rêve récurrent. La même ombre noire le conduit au "Paradise", un bar où des fillettes se produisent sur scène devant des adultes.

Joshi qui enquête sur la disparition d’autres enfants, espère retrouver sa fille, dont il est certain qu’elle est toujours vivante, un jour parmi eux.

Enfant, le metteur en scène a été l’objet d’une tentative d’enlèvement avortée. Le souvenir de l’événement l’a longtemps poursuivi, puis il a fini par oublier.

Jusqu’au jour où, passant devant un commissariat, il a assisté à une manifestation silencieuse qui regroupait des personnes portant des pancartes sur lesquelles on voyait les visages souriants d’enfants qui avaient disparu.

Si la terrible réalité donne le chiffre d’au moins cinquante mille disparitions d’enfants en Inde chaque année, Partho Sen-Gupta n’a pas réalisé un film réaliste sur le sujet.

"Sunrise " est le voyage émotionnel d’un père désespéré à la recherche de sa fille disparue selon un tracé narratif non linéaire qui multiplie les pistes non seulement dans le déroulement du récit qui oscille sans cesse entre la réalité, les rêves et les fantasmes de Joshi, mais joue sur différentes atmosphères à la faveur d’un travail permanent sur les lumières.

C’est peut-être dans le monde imaginaire qu’il pénètre, que Joshi trouvera réparation et justice, un monde dont il peut, de cette façon, devenir le héros justicier, celui qui viendrait à bout des méchants et finirait par retrouver sa fille.

Partant de l’idée qu’à un certain degré de la douleur, l’être humain est capable de prendre ses désirs pour des réalités et de ne plus faire la part de ce qui relève du réel ou du fantasme, il construit un "objet cinématographique" qui repose sur une utilisation magnifique des lumières et sur le rideau ininterrompu de pluie qui inonde les décors et les personnages et dont se dégage, un sentiment d’oppression, de suffocation.

Cinéma : sunrise

Partho Sen-Gupta aurait pris le parti de l’esthétisme au détriment d’un traitement lisible du sujet s’il n’avait confié à son personnage principal, interprété par le comédien de théâtre Adil Hussain, la responsabilité de restituer sa part de réalisme au récit, par une palette de jeu très dense.

En l’absence de dialogues, la musique minimaliste d’Eryck Abécassis devient un élément essentiel du récit en prise directe avec les mouvements de caméra, le son et le jeu des acteurs.

A voir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Aurore »
    Aurore a atteint la cinquantaine et tiré un trait sur toute vie sentimentale. Elles est serveuse dans un bar et vit dans un pavillon à La Rochelle avec ses deux filles qui sont devenues des jeunes... Lire la suite (22 avril)
  • « Adieu Mandalay »
    Liangqing et Guo, deux jeunes birmans, se sont croisés au moment de leur arrivée en Thaïlande. Quelque temps plus tard, après que chacun est parti de son côté, ils vont se retrouver et voir s’établir... Lire la suite (21 avril)
  • « Django »
    A Paris, en 1943, sous l’Occupation, le musicien Django Reinhardt est au sommet de son art. Guitariste génial et homme insouciant au style musical aérien, il triomphe dans les grandes salles alors... Lire la suite (21 avril)
  • « A mon âge, je me cache encore pour fumer »
    Jusque là, dans la société algérienne, le hammam était un endroit où les femmes pouvaient aller sans réprimande. Mais le 21 juin 1990, le FIS (Front Islamique du Salut) remporte massivement des voix... Lire la suite (20 avril)
  • " Corporate "
    Institutionnalisation de la souffrance au travail : un modèle de gouvernance et de rapports de domination dans l’entreprise qui a gangréné progressivement toute la société ! « Corporate » est un... Lire la suite (17 avril)