Archives LVER

Témoignage d’un collègue de portugais (2012)

Langues “à faible diffusion” : le portugais, une discipline au bord de l’asphyxie

Depuis quelques années, les enseignants de portugais payent un lourd tribu à la politique d’éducation enfermée dans une logique de réduction des coûts.

Langue d’affaires entre la France et les pays lusophones, 6° langue la plus parlée au monde, langue de communication internationale parlée sur 5 continents par plus de 230 millions d’habitants, le portugais n’est pas reconnu à sa juste valeur par le Ministère de l’Education. Il semble en effet que le MEN ait savamment organisé le tarissement des postes d’enseignants par le biais du non-remplacement pur et simple des départs en retraite et la suppression des concours de recrutement.

En 2012, et pour la quatrième année consécutive, le ministère a décidé de supprimer le concours du CAPES de portugais alors que le nombre de vacataires et de contractuels atteint des proportions inquiétantes dans certaines académies : 20 % de la totalité des enseignants dans l’Académie de Versailles, 15 % dans l’Académie de Créteil, 50 % dans l’Académie de Guyane, 10 % dans l’Académie de Bordeaux, etc.

Comment accepter dans ces conditions que le portugais soit la seule langue absente des concours de recrutement, CAPES ou Agrégation ? Les besoins existent (les effectifs dans le secondaire connaissent une progression annuelle constante de l’ordre de 5% au niveau national) mais le ministère précédent s’est muré dans une logique comptable aveugle au point de mettre en péril des dispositifs en place : classes européennes, classes bi-langues, continuité collège-lycée ou primaire-collège, etc.

Les conditions d’exercice deviennent de plus en plus difficile : extension des zones de remplacement, affectations sur 2 voire 3 établissements, transformation des postes en BMP, fermeture des implantations…

Pour les enseignants titulaires, le droit à une mutation inter-académique relève dans ce contexte d’une douce illusion. Depuis trois ans, il est devenu pratiquement impossible d’obtenir une mutation. Le ministère bloque la mobilité des enseignants de notre discipline pour pouvoir plus aisément recruter des vacataires ou des contractuels par la suite. Les enseignants de portugais sont parmi les collègues des disciplines dites « à faible diffusion » les plus lésés. En 2010, une seule mutation a été accordée en portugais : sur Paris avec un barème de 892 points ! En 2011, aucune mutation au mouvement normal (une seule mutation sur Lyon au mouvement spécifique avec un barème de 443 points). En 2012, une seule mutation sur l’Académie de Guyane.

A titre de comparaison, les collègues d’arabe ont obtenu la possibilité de muter sur 11 académies en 2011 et sur 7 académies en 2012 ; les collègues de chinois sur 17 académies en 2011 et 15 académies en 2012 ; les collègues de russe sur une seule académie mais avec un barème minimal de 28 pts en 2011 et 3 académies en 2012 ; les collègues de polonais sur 3 académies en 2011.

Ces mesures pénalisent durement les collègues de portugais et mettent à mal l’enseignement de notre discipline. Nous réclamons par conséquent une égalité de traitement vis-à-vis des autres langues dites à « faible diffusion ». Il devient urgent de :

- rétablir les concours de recrutement externes du CAPES et de l’Agrégation ;

- rétablir l’Agrégation interne pour offrir aux enseignants titulaires des perspectives d’évolution de carrière ;

- pérenniser les dispositifs en place en donnant des garanties sur le long terme aux enseignants en poste sur des BMP.

Fernando Amorim - Professeur Certifié de Portugais - Académie de Versailles - Lycée Joliot-Curie Nanterre

Autres articles de la rubrique Archives LVER

  • Bienvenue dans la rubrique archives LVER
    Cette rubrique contient des articles archivés concernant l’enseignement des langues vivantes et régionales. Pour nous contacter, écrivez-nous.Lire la suite (25 septembre)
  • Simplication de la validation du LPC
    La note de service n°2012-154 du 24/09/12 vient simplifier la validation du LPC pour l’année en cours : « Le principe selon lequel seule la validation des compétences est obligatoire est réaffirmé.... Lire la suite (Février 2013)
  • BTS CI : modifications
    cf. arrêté du 22/06/12 : http://www.education.gouv.fr/pid255... Comparaisons entre les deux arrêtés (ancien et nouveau) : ancien nouveau 3 épreuves de langue, deux épreuves obligatoires et une... Lire la suite (Juin 2012)
  • Action Langues vivantes
    Au collège comme au lycée, les mesures annoncées pour la rentrée prochaine sont inacceptables et vont encore fragiliser un peu plus l’enseignement des langues vivantes : • confirmant les déclarations... Lire la suite (Avril 2012)
  • Langues vivantes. Une pétition à signer sans modération.
    A l’occasion de la remise du rapport du comité stratégique des langues vivantes qu’il avait installé en avril 2011, le ministre a annoncé un certain nombre de mesures pour les langues vivantes. Bien... Lire la suite (Mars 2012)