Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Francis Ford Coppola (Espagne-Italie-Argentine)

"Tetro" Sortie en salles le 23 décembre

Depuis qu’il s’est exilé en Argentine, Tetro a rompu tout lien avec sa famille. Jusqu’au jour où Bernie son frère cadet débarque à Buenos-Aires. Il ne doit y séjourner qu’un jour ou deux, le temps que le paquebot sur lequel il travaille, qui mouille dans le port, soit réparé. Mais des événements imprévus prolongent son séjour, assez longtemps pour que des questions se posent sur le passé et que ressurgisse l’ombre d’un père despotique, célèbre chef d’orchestre…

Dès les toutes premières images, on est sous le charme. L’apparition de Bernie dans le décor nocturne du quartier de la ville qui sera le cadre récurent du récit, crée une atmosphère à la fois légère et déjà oppressante. Bernie est resté sur la promesse que son aîné lui avait faite de venir le chercher un jour. Mais au lieu de l’explication qu’il souhaite, il essuie les marques d’une hostilité inexplicable. Un lourd secret de famille que Tetro serait le seul à détenir pourrait bien être à l’origine de ses accès de violence…
L’apparition de Miranda, la compagne de Tetro, dont la nature enjouée est servie par l’interprétation mobile et magnifiquement débordante de Maribel Verdu, est peut-être le signe avant-coureur de la nouvelle orientation du récit vers ce qu’il deviendra insensiblement, un magnifique, un somptueux mélodrame. Il y a dans le film de Coppola, une sorte de voracité narrative, un art de l’esquive, de la fausse piste qui pourraient donner lieu à une dispersion, à des contrastes. Les contrastes sont bien là mais paradoxalement pour mieux servir la cohérence du récit.
Comme dans "Le Parrain", mais dans une tonalité plus intimiste, "Tetro" renoue avec le thème de la rivalité au sein d’un clan. Ici, la puissance du patriarche est basée sur sa célébrité et comme dans "Rusty James", Coppola traite son sujet en noir et blanc pour la partie actuelle. La couleur est utilisée pour les flash-back dont le grain délavé renvoie au cinéma amateur.
"Tetro" est un film-fleuve intimiste, une sorte de fresque confidentielle axée sur le contraste des personnalités opposées des deux frères. C’est un film âpre dont la douceur, la charge émotive existe mais en filigrane. Les rebondissements du scénario, la violence plus souvent sous-jacente qu’exprimée mais palpable, donnent un récit à la fois heurté et fluide.
Tous les comédiens sont formidables. Coppola avait écrit le personnage de Tetro pour Mat Dillon. Vincent Gallo lui apporte une ambiguïté, un côté décadent de looser marginal et rebelle, avec autant de force et de volonté que de veulerie. Alden Ehrenreich, totalement inconnu jusqu’ici, est un Bernie touchant et Maribel Verdu est merveilleuse de force, de gouaille et de retenue.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)
  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)
  • « Bricks »
    La fabrication des briques espagnoles incarne la réussite puis la faillite économique d’un pays. La destruction d’un matériau symbolique sacrifié par la crise, par l’abandon de chantiers de... Lire la suite (15 octobre)
  • « The square »
    Christian est un homme divorcé qui aimerait consacrer plus de temps à ses deux jeunes enfants. Conservateur d’un musée destiné à exposer des œuvres d’art contemporain, il appartient à cette catégorie... Lire la suite (14 octobre)
  • « L’Assemblée »
    Le 31 mars 2016, place de la République à Paris, naît le mouvement « Nuit Debout ». Ce seront, au quotidien et pendant trois mois, des rassemblements pacifistes qui ne sont pas des manifestations de... Lire la suite (14 octobre)