Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Tom Shankland (Grande Bretagne)

"The children" Sortie en salles le 21 octobre

Deux familles se retrouvent dans une maison isolée pour y passer les fêtes de fin d’année. Le bonheur des retrouvailles, la perspective de quelques jours de détente ravissent autant les parents que les enfants. Seules exceptions : Casey l’adolescente qui rechigne à se mêler à l’euphorie générale et Paulie, le benjamin du groupe, un enfant solitaire, craintif, au comportement imprévisible…
Bientôt un accident survient dont l’origine reste confuse ou niée. Et c’est celui-ci qui déclenche chez les enfants les premiers signes inquiétante de comportement. Victimes d’un mal mystérieux, ils sont bientôt habités de folie meurtrière.
Alors que les paysages verts et neigeux, l’ambiance familiale et festive, l’excitation des retrouvailles pourraient ouvrir sur le simple récit de quelques jours de vacances, on glisse de façon imperceptible dans une atmosphère d’angoisse larvée. Les premiers signes d’inquiétude qui surviennent sont minimisés, passés sous silence ou niés par les protagonistes qui refusent d’admettre que puissent être remis en cause le plaisir de la villégiature et les règles de confiance mutuelle. L’origine de l’accident de luge qui coûte la vie à Robbie devient un événement presque secondaire et la phrase qui revient dans la bouche des adultes, même face au danger sans cesse grandissant est : tout va bien.

"The Children" fait référence aux films d’épouvante des années 70. Les enfants y conservent longtemps leur aspect de têtes blondes innocentes. La maladie dont ils sont atteints ne marquera leurs visages qu’au moment où la violence devient extrême et meurtrière et c’est peut-être ce choix de leur conserver longtemps cette candeur et leur aspect vulnérable qui constitue, avec la sérénité des paysages, les principaux moteurs de l’angoisse.
Son propre enfant devenu son ennemi mortel, l’adulte, d’instinct, dans un réflexe de survie va devenir l’assassin de sa propre progéniture.
"The children" n’est sans doute pas un chef d’œuvre du genre même s’il n’est pas sans efficacité. Et curieusement ce ne sont pas les scènes sanglantes qui impressionnent le plus mais la façon insidieuse avec laquelle sont mis en place les premiers signes d’inquiétude et comment plus tard l’inquiétude devient angoisse puis terreur.
Un film pour les amateurs de sensations fortes.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Leçon de classes »
    Bratislava 1983. Au moment où le communisme s’achève. Maria Drazdechova, enseignante et membre du Parti, manipule sans états d’âme élèves et parents, pour tirer des bénéfices personnels de son pouvoir... Lire la suite (23 octobre)
  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)