Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Rafi Pitts (Iran Allemagne)

"The hunter" Sortie en salles le 16 février 2011

Téhéran, 2009. Ali récemment sorti de prison est embauché comme veilleur de nuit dans une usine. Ses horaires de travail sont à contre temps de ceux de sa femme et de sa fille.
Ils s’accommodent de leur nouvelle vie jusqu’au jour où, au cours d’émeutes qui agitent la ville, la jeune femme et sa fillette disparaissent.
Lorsque Ali est définitivement convaincu qu’elles ne réapparaîtront jamais, il se met en position de chasseur, et attend le moment de tuer, le seul moyen pour lui de répondre à la haine et à l’injustice ou à ce qu’il reste d’humain en lui après le drame de la double disparition.
© Maryam Takhtkeshian
Il abat deux policiers et commence alors pour lui une longue fuite à travers la forêt dont il connaît l’issue.
"The hunter" traite un sujet universel, celui d’un homme seul face à un monde injuste et cruel tout en dressant le portrait actuel de la capitale iranienne
Selon les propres termes de Rafi Pitts qui n’avait obtenu l’autorisation de mettre en scène son scénario qu’à la stricte condition de le personnage d’Ali soit celui d’un fou et qu’à aucun moment, le crime qu’il commet soit montré comme un acte politique.. Et c’est la lenteur administrative, l’ajournement du tournage du film qui a fait de "The Hunter" un film politique.
Si les autorisations de tournage n’avaient pas pris autant de temps, le film aurait été bouclé avant les élections et la réélection de Ahmadinejad en juin 2009, avant les manifestations et les émeutes qui ont suivi. Avec le retard, les événements relatés dans le scénario ont pris une toute autre dimension en se mesurant à l’actualité. Quelque chose de l’événement politique passe dans le film, à travers l’atmosphère, dans l’image, dans les sons et surtout dans l’interprétation de l’intrigue qu’en fait le spectateur guidé par l’éclairage de l’actualité.
"The hunter" est un film rude, un film âpre sur la totalité duquel rejaillit l’interprétation du personnage d’Ali par Rafi Pitts lui-même. Ali est un être silencieux et son mutisme peut tout autant être ressenti comme le résultat de sa détermination ou au contraire, les fluctuation et hésitations d’un personnage qui navigue à vue, qui ne prémédite rien et ne fait que se laisser porter par ses pulsions de vengeance.
Le film a été tourné dans l’urgence et c’est peut-être le resserrement dans le déroulement du tournage, la menace d’un raté qui eut été fatal à la production, qui intervient dans l’atmosphère oppressante qui accompagne à chaque plan, le personnage omniprésent d’Ali."
Si la seconde partie du film, celle qui suit le meurtre des policiers, à la fois narrative et contenue est en rupture avec le début du récit, le lien entre les deux épisodes du récit réside dans l’extrême pudeur d’un récit ramassé sur l’essentiel.
Il reste à souhaiter que "The Hunter" trouve son public et qu’il ne passe pas, comme cela se produit de plus en plus souvent, pour des œuvres exigeantes, à la trappe des sorties sacrifiées.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)
  • « Bricks »
    La fabrication des briques espagnoles incarne la réussite puis la faillite économique d’un pays. La destruction d’un matériau symbolique sacrifié par la crise, par l’abandon de chantiers de... Lire la suite (15 octobre)
  • « The square »
    Christian est un homme divorcé qui aimerait consacrer plus de temps à ses deux jeunes enfants. Conservateur d’un musée destiné à exposer des œuvres d’art contemporain, il appartient à cette catégorie... Lire la suite (14 octobre)
  • « L’Assemblée »
    Le 31 mars 2016, place de la République à Paris, naît le mouvement « Nuit Debout ». Ce seront, au quotidien et pendant trois mois, des rassemblements pacifistes qui ne sont pas des manifestations de... Lire la suite (14 octobre)
  • « L’école buissonnière »
    Paul, une douzaine d’années, a toujours vécu entre les murs d’un orphelinat. Lorsqu’il est confié à Célestine, une dame de la campagne, sa vie va totalement changer. Célestine qui sert au château est... Lire la suite (11 octobre)