Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Savina Dellicour (Belgique)

"Tous les chats sont gris" Sortie en salles le 15 juin 2016.

Paul, la quarantaine passée est détective privé. Dorothy a seize ans. Elle vit avec sa mère et elle est en pleine crise d’adolescence.

Ils ne se sont jamais rencontrés mais Paul sait qu’il est le père biologique de Dorothy.

Il a vécu toutes ces années loin d’elle avec ce secret et s’est accommodé de son silence, qui l’a protégé, et de sa lâcheté.

Pourtant, de retour à Bruxelles, il se met à observer à distance l’adolescente et des élans de paternité le saisissent.

Tout va basculer lorsque Dorothy, apprenant par hasard que l’homme qu’elle a vu prendre des photos est un détective, sonne à sa porte et lui demande de l’aider à retrouver son père biologique.

Cinéma : toue les chats sont gris

Le film repose sur les compositions de Bouli Lanners et la jeune interprète de Dorothy, Marion Capelle, une comédienne dont c’est la première apparition à l’écran.

Et même si le tracé narratif du récit n’est pas d’une grande originalité, l’approche l’un vers l’autre progressive, prudente et craintive des deux personnages, déclenche une sorte de léger suspense.

S’ils sont bourrés de tendresse et si la situation les plonge dans un désarroi latent qui les rend, chacun à sa façon, vulnérables et attachants, ils sont à la fois dans l’attente et dans la crainte de l’engagement.

Savina Dellicourt met ses deux protagonistes en situation de porte-à-faux l’un par rapport à l’autre (l’un sait et l’autre ignore) et le déroulement du récit joue sur ce déséquilibre.

Le personnage de la mère sert de balancier en se situant dans la position de celle qui résiste et qui crée le conflit.

La délicatesse avec laquelle la réalisatrice conduit le récit tient à distance les personnages et les situations des dangers de l’angélisme et du cliché, et la force du film réside dans le fait que le rapprochement de Paul et Dorothy ne s’effectue pas comme une obligation qui serait dictée par la loi du sang, mais comme un choix.

Les sentiments qui lient les deux personnages naissent à la fois du désir de Paul de gagner la confiance de Dorothy, de l’apprivoiser et de la sympathie doublée d’admiration que Dorothy éprouve pour Paul en qui elle a vu dès leur première rencontre, l’image du père idéal.

Un film tendre et bourru à qui on pardonnera quelques faiblesses de scénario.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)