Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Alejandro Fernandes Almendras (Chili-USA-France)

"Tout va bien" Sortie en salles le 21 septembre 2016.

Vicente, vingt ans ou à peine plus, vit dans une totale insouciance. Il profite de l’été, des fêtes et de ses amis mais il suffira d’une nuit alcoolisée pour que, subitement, les choses changent.

Vicente va être confronté à la force du pouvoir et de la manipulation.

Cinéma : Tout va bien

Les premières images du film montrent un jeune homme oisif dans une luxueuse maison du bord de mer. La caméra suit avec fluidité les gestes matinaux du vacancier à qui il suffit de demander pour être servi et pour qui tout semble facile et toujours à portée de main

A la plage, il lie connaissance avec deux jeunes filles qui l’invitent à une soirée où il se rend malgré un autre engagement et à laquelle il est aussitôt intégré puisque les organisateurs appartiennent au même milieu privilégié que lui.

Pourtant, cette jeunesse bien élevée n’est pas sans commettre des forfaits. Comme de voler des feux d’artifice ou de conduire un véhicule en état d’ébriété, farces de potache qui n’auraient pas prêté à conséquences si le hasard n’avait mis sur leur chemin un promeneur nocturne…

On saura plus tard que les jeunes protagonistes appartiennent à la grande bourgeoise chilienne, un milieu privilégié qui considère que vivre dans l’opulence et dans la sécurité qu’il offre est ce qu’il y de plus normal.

Un milieu décalé de la réalité où aucun, en dépit des apparences n’est conscient ni de l’autre, ni de la place dont il bénéficie dans la société.

Les jeunes gens font usage des avantages que leur procurent leurs privilèges et ils comptent bien ne voir jamais se mettre en travers de leur route quoique ce soit qui pourrait les sortir de cette douce inconscience.

L’accident nocturne qui s’est finalement soldé par la mort d’ un homme va gripper l’apparente harmonie du groupe et Vicente sera mis en cause par ses amis. On dira qu’il était au volant et ivre alors qu’il se trouvait à l’arrière du véhicule.

C’est alors que se déclenche tout un mécanisme qui consiste à fausser la réalité des faits et à détourner le cours de la justice.

Le film d’Alejandro Fernandes Almendras sous l’apparence d’un récit lisse, presqu’anecdotique s’avère être une œuvre politique quand elle dénonce les agissements d’une classe sociale privilégiée bénéficiant d’une marge d’agissements sans risques qui serait le fait d’une sorte d’immunité naturelle simplement liée à leur appartenance sociale, une sorte de zone de non-droits.

Le récit bénéficie d’une construction et d’une mise en scène fluides. L’interprétation est parfaite.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)