Actualité théâtrale

Jusqu’au 23 avril au Théâtre de l’Atelier

« Traîne pas trop sous la pluie »

On l’avait dit très malade, on l’avait dit noyé dans l’alcool, on l’avait dit mourant et pourtant il est là sur la scène. Après J’avais un beau ballon rouge qu’il a joué avec sa fille cet automne, on retrouve Richard Bohringer sur la scène, seul cette fois. Enfin il n’est pas tout à fait seul, il y a un pupitre avec deux gros cahiers de poèmes qu’il a écrits … et quatre bouteilles d’eau. Il pioche dans ses cahiers, choisit un texte, boit un peu d’eau mais n’épuisera pas toutes ses bouteilles.
Théâtre : traîne pas trop sous la pluie
Il arrive d’un pas fragile, chemise au vent cachant un petit estomac dont il se moque, mettant gentiment les rieurs de son côté. Il alterne textes oniriques, textes coup de poing et improvisations. Il accélère le rythme comme le boxeur sur le ring qui tente d’éviter les coups, il dit la colère puis la voix s’apaise et retrace toute une vie d’écriture, d’amours et de tendresse. Il dit tout est beau dans ma mémoire et il évoque l’Afrique, ses amis, ceux qui sont là-haut et ceux qui sont encore là, ceux qui restaient avec lui jusqu’au matin dans les bars, et l’alcool, cet ami envahissant qu’il a fini par abandonner avant qu’il ne l’entraîne définitivement ailleurs, loin de ceux qui l’aiment et qu’il aime. « Mon bel alcool, ma belle ivresse, ma belle fleur vénéneuse, tu complotes trop avec la folie, faut bien qu’j’te quitte », c’est à l’alcool qu’il adresse un de ses plus beaux textes. Il dit son désir d’écrire le plus beau des poèmes, mais Rimbaud l’avait déjà fait, il dit l’attente du génie, mais « l’est jamais venu ». Quand l’émotion nous prend à la gorge, il change de registre, nous glisse avec humour quelques mots sur la situation politique, sur les conséquences d’un vieillissement inéluctable et sur la vie qui laisse nos rêves sur le chemin. Le poète devient clown, il déclenche les rires, pas des éclats de rire, plutôt des sourires complices. Et toute la salle le suit, le porte, prête à l’entendre jusqu’au bout de la nuit.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h
Théâtre de l’Atelier
1 place Charles Dullin, 75018 Paris
Réservations : 01 46 06 49 24
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Songes et métamorphoses »
    Guillaume Vincent a associé au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare des extraits des Métamorphoses d’Ovide, d’une part dit-il parce que les références au texte d’Ovide sont nombreuses dans Le s... Lire la suite (27 avril)
  • « L’abattage rituel de Gorge Mastromas » de Dennis Kelly.
    Gorge a eu, dans son enfance, une période perturbée par ses fluctuations amicales à l’égard de son voisin de pupitre et ami, Paul, leader de la classe. Ce qui ne l’a pas empêché, parvenu à l’âge... Lire la suite (26 avril)
  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)
  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)