Actualité théâtrale

Au Théâtre du Rond-Point, prolongation jusqu’au 16 janvier 2010

"Trois tangos", "Tatouage" d’Alfredo Arias

"Trois tangos" (livret d’Alfredo Arias et Gonzalo Demaria, création musicale de Axel Krygier) est né du désir d’Arias de travailler avec le compositeur Axel Krygier. Le spectacle composé de trois courts sujets a pour base le triangle amoureux, mari-femme-amant. Ce sujet sans fin commence avec "Vampire en rouge bémol" qui nous transporte dans un faubourg sordide de Buenos Aires, se poursuit avec "Les poissons papillons" qui se passe sur un paquebot entre Gènes et Rio, et s’achève avec "Le rat de la contrescarpe" dont l’action se situe dans le 5ème arrondissement de Paris.
Les trois épisodes sont entièrement chantés et dansés. Ils reposent sur une chorégraphie basée sur le Tango classique.
Les amateurs trouveront leur compte avec ces courts spectacles tirés au cordeau et pleins d’humour.

A l’origine de "Tatouage", il y a l’admiration qu’Alfredo Arias (auteur du texte et de la mise en scène) porte au chanteur Miguel de Molina et à sa vie tourmentée. Cet artiste persécuté par le régime franquiste trouve refuge en Argentine. Il y rencontre Eva Peron, épouse du dictateur argentin qui le prend sous sa protection, reconnaissant en lui une sorte de double d’elle-même. Plus tard, alors qu’Eva Peron agonisera, foudroyée par la maladie, Miguel de Molina connaîtra le succès.
"Tatouage" repose sur cette rencontre et sur le mimétisme flagrant entre ces deux personnalités extravagantes, lui habitué aux lumières de la scène, elle coutumière des coulisses du pouvoir.
Le sujet qui s’inspire librement de l’histoire réelle ne pouvait que convenir à Alfredo Arias qui le conduit de main de maître en l’émaillant de musiques et de chansons de façon éclatante. Ce petit spectacle, d’apparence modeste, devient à mesure qu’on avance, une sorte de féerie pour le plus grand plaisir de l’œil, de l’oreille et de l’esprit. Les costumes sont superbes, les voix magnifiques et l’humour est là, servi par l’intelligence d’un texte qui, malgré sa crudité, reste d’une belle élégance.
C’est drôle, c’est endiablé. Ca ressemble au regard malicieux d’Alfredo Arias mais l’émotion n’est jamais bien loin. Une heure vingt de plaisir garanti.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis Avenue Franklin Roosevelt Paris 8ème
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 et sur www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)