Actualité théâtrale

au Théâtre de la Commune à Aubervilliers

"Tu tiens sur tous les fronts" Jusqu’au 21 décembre

« Tu tiens sur tous les fronts… tu ne te laisses pas faire, tu retires ce que tu dois retirer… on voit bien que tu tiens sur tous les fronts et que tu peux encore attaquer ». C’est de ce fragment de poème de Tarkos, un poète mort à 40 ans en 2004, qu’est tiré le titre du très beau spectacle qui nous est offert au Théâtre d’Aubervilliers. Dans la poésie de Tarkos la musique des mots compte plus que ce qui est dit. Il disait « je suis un poète qui sauve sa langue, en la faisant travailler, en la faisant vivre, en la faisant bouger ». Il nous interpelle avec un humour délicieux sur ces expressions que nous disons sans y penser comme se serrer la main. Ses poèmes sont des petites mécaniques où, avec finesse et humour, les mots s’enchaînent qui disent le tout et le rien, le quotidien et l’abstrait, la difficulté de vivre et d’être avec l’autre, suite de petites réflexions qui n’ont l’air de rien et touchent pourtant à la profondeur de l’être.

Tout amateur de théâtre sait bien qu’une mise en scène peut radicalement changer le regard que l’on porte sur une œuvre. Celle de Roland Auzet, ici est d’une intelligence admirable. Sur scène un piano mécanique joue une petite musique minimaliste qui accompagne les émotions, une vidéo offre des reflets et des angles inattendus, la couleur envahit la scène peu à peu, noire et blanche comme nos humeurs, rouge aussi. Mais surtout l’idée géniale a été de mettre sur scène deux acteurs, symboles d’ordre et de désordre, clown blanc et Auguste, un choc entre deux mondes. Ils sont différents mais tous deux drôles, décapants et pleins de talent. L’un, Hervé Pierre, sociétaire de la Comédie Française, parle, ressasse, lance avec virtuosité les mots qui claquent rageurs ou deviennent doux et tendres. Il se cherche, se questionne, interpelle le monde. Face à lui, ou plutôt à côté de lui, Pascal Duquenne, atteint du syndrome de Down, que le film Le Huitième Jour où il donnait la réplique à Daniel Auteuil, a rendu célèbre. Il oppose à la volubilité de son partenaire une présence souriante et muette. L’un parle, bouscule les mots, perd l’équilibre dans son fauteuil, l’autre est lourd par son silence et pourtant aérien quand il peint ou danse.

Faire jouer ensemble ces deux comédiens apporte une autre dimension à la poésie de Tarkos. La présence silencieuse de Pascal Duquenne nous interroge sur notre besoin de parler, parler pour exister. Dans son corps et dans ses déplacements il est plus imprévisible et introduit une part d’aléatoire auquel Hervé Pierre doit s’adapter chaque soir et pourtant il en ressort une merveilleuse fraternité. Quand ils viennent saluer et se prennent par l’épaule l’émotion nous étreint.

Micheline Rousselet

Du mardi au vendredi à 20h, samedi à 18h30, dimanche à 16h30
Théâtre de la Commune
2 rue Edouard Poisson, 93304 Aubervilliers
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)