Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sophie Filières (France)

"Un chat un chat" Sortie en salles le 25 mars

Célimène a trente cinq ans. Elle vit pour le moment chez sa mère, le temps que les travaux de son appartement s’achèvent. Elle a un petit garçon, Adam.
Célimène est écrivain. Elle a publié deux livres à succès mais pour l’instant, elle sèche devant la feuille blanche. Elle traîne sa peau. Elle est sans le sou.
Anaïs a dix sept ans. Elle passe son temps libre à filer Célimène. Elle l’abrite sous son parapluie quand il pleut à verse, elle va chercher Adam quand sa mère l’a oublié et elle intercepte le courrier de l’écrivain, pour régler à son goût sa vie amoureuse.
Ce que voudrait Anaïs, c’est attirer l’attention de Célimène au point de devenir le sujet de son prochain roman.
La rencontre entre Célimène et Anaïs est le sujet du film de Sophie Filières et il n’est question ni d’attirance ni de rapport de force entre les deux femmes.

La psychologie dont elle aurait pu charger ses personnages est restée au placard et le film ne fonctionne que sur l’action, le face à face des deux femmes, le filage de l’une par l’autre, un dialogue qui se joue des situations.
Il n’est pas question de savoir s’il y a, dans la vie de Célimène de la place pour Anaïs. La question est que Célimène est en panne d’écriture et que, c’est sur la page blanche du premier chapitre de son hypothétique prochain roman qu’il n’y a, provisoirement, de la place pour personne.
Est-ce pour retrouver l’inspiration enfuie, que Célimène se sépare d’Antoine ou est-ce donner un nouveau sens aux choses ou pour ne pas rester sans rien faire…
Sophie Filières, depuis « Grande petite » qu’elle réalisa en 1994 trace, dans le paysage du cinéma français, un chemin singulier et bien sympathique. Chacun de ses films est, au premier abord une comédie.
Si une inspiration originale et personnelle, des dialogues un rien déjantés, un rythme enlevé le confirment, à la première occasion, le désarroi à peine esquissé des personnages ou les difficultés ordinaires qu’ils rencontrent, nous rappellent que nous sommes aussi dans la vie réelle et que le sujet de fond qui anime le film est bien plus grave qu’il n’y paraît.
Si parfois le film s’attarde et si, par moment, on dirait qu’il a du mal à retrouver son fil narratif, il se rattrape au prochain tournant et l’on se dit au final que ce qui a pu être pris pour une chute de rythme, une difficulté à garder le cap, une maladresse de narration était bel et bien volontaire de la part de la réalisatrice et que la construction de son œuvre devait passer par ces hésitations et ces pannes pour déboucher sur un film abouti, très écrit et réjouissant.
Chiara Mastroianni n’est pas seule à porter le film sur ses épaules. Il y a, pour l’accompagner dans l’aventure, Agathe Bonitzer, une jeune comédienne prometteuse dont il faut retenir le nom et Malek Zidi étonnant de présence.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)
  • « Bricks »
    La fabrication des briques espagnoles incarne la réussite puis la faillite économique d’un pays. La destruction d’un matériau symbolique sacrifié par la crise, par l’abandon de chantiers de... Lire la suite (15 octobre)
  • « The square »
    Christian est un homme divorcé qui aimerait consacrer plus de temps à ses deux jeunes enfants. Conservateur d’un musée destiné à exposer des œuvres d’art contemporain, il appartient à cette catégorie... Lire la suite (14 octobre)
  • « L’Assemblée »
    Le 31 mars 2016, place de la République à Paris, naît le mouvement « Nuit Debout ». Ce seront, au quotidien et pendant trois mois, des rassemblements pacifistes qui ne sont pas des manifestations de... Lire la suite (14 octobre)
  • « L’école buissonnière »
    Paul, une douzaine d’années, a toujours vécu entre les murs d’un orphelinat. Lorsqu’il est confié à Célestine, une dame de la campagne, sa vie va totalement changer. Célestine qui sert au château est... Lire la suite (11 octobre)