Actualité théâtrale

Au Théâtre 14, jusqu’au 31 décembre 2016

"Un fil à la patte" de Georges Feydeau Mise en scène Anthony Magnier.

Afin de pouvoir épouser une riche héritière innocente, l’incorrigible séducteur Bois d’Enghien doit se débarrasser de sa maîtresse particulièrement éprise, Lucette Gauthier, une chanteuse de café-concert.

Incapable de rompre frontalement, il fait preuve de lâcheté et les mensonges qui s’ensuivent vont l’entraîner dans des situations inextricables et le confronter à une pléiade de personnages aussi cocasses que décalés.

Théâtre : un fil à la patte

On retrouve toujours avec un sentiment partagé le théâtre de Georges Feydeau.

On est impatient de replonger dans cet univers bondissant de placards et de portes qui claquent. Mais on peut également être tenaillé par la crainte d’une mise en scène attendue.

Les codes du vaudeville peuvent être la porte ouverte à l’imagination et à l’inventivité. Ils peuvent tout autant cadenasser une mise en scène et cantonner les comédiens à des démonstrations factices.

C’est un peu de cette façon que débute " Le fil à la patte " d’Anthony Magnier sur le plateau du Théâtre 14, avec un sur-jeu des comédiens qui respecte un peu sagement les codes habituels du vaudeville.

Mais c’est au bout d’une petite demi-heure que tout à coup le spectacle passe à la vitesse supérieure, éclate et s’emballe, comme s’il était pris d’une sorte de folie et que le texte de la pièce n’est plus qu’un prétexte à une mise en scène comme une vague déferlante.

Et dès lors, plus rien ne viendra freiner cet emballement assorti d’un foisonnement d’idées de mise en scène et de jeu.

Anthony Magnier a eu la bonne idée de déborder les codes du vaudeville, d’aller bien au-delà des limites du carcan des conventions. Les idées fusent, les facéties se multiplient, tout comme les bondissements et rebondissements et c’est dans cette démesure, dans ce remue-ménage très maîtrisé, que le spectacle trouve un rythme et emporte.

Les placards ont disparu du décor ; ils sont à ciel ouvert et pour figurer les portes qui claquent et les sonneries de porte, ce sont les comédiens qui les imitent avec de simples bruits de bouche et des gestes.

On pourrait craindre d’une mise en scène aussi "remuante", qu’elle prenne des airs de désordre. Il n’en est rien et tout l’art d’Anthony Magnier réside dans une maîtrise totale de sa mise en scène et de sa direction d’acteurs tous magnifiques.

Il faut aller applaudir " Le fil à la patte " au Théâtre 14.

Francis Dubois

Théâtre 14, 20 Avenue Marc Sangnier – 75 014 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)
  • « Voltaire Rousseau »
    1765, Voltaire est à Ferney, tout près de Genève, lieu qu’il a choisi car il peut ainsi aisément passer de France en Suisse au gré de sa situation. Rousseau, chassé de Suisse, lui rend visite dans le... Lire la suite (10 avril)