Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Rodrigo Pla (Mexique)

"Un monstre à mille têtes" Sortie en salles le 30 mars 2016.

Sonia Bonet ne parvient pas à obtenir les médicaments qui pourraient sauver la vie de son mari alité dans de terribles souffrances.

Prête à tout pour pouvoir poursuivre un traitement qui avait amélioré l’état du malade, elle part en lutte contre une compagnie d’assurance, aussi négligente que corrompue, qui refuse de prendre en charge la thérapie.

Munie d’une arme dont elle est prête à se servir pour arriver à ses fins, elle va se retrouver prise dans une vertigineuse spirale de violence en compagnie de son fils adolescent.

Cinema : un monstre à mille têtes

Si le thème social du sujet abordé est développé dans le film de Roberto Pla, (la difficulté d’accéder à des soins médicaux onéreux dans une société pervertie favorable aux calculateurs, aux nantis, à une médecine à deux vitesses), il est ici doublé d’un traitement cinématographique auquel le film social n’est généralement pas assorti, le film de genre.

Même s’ils sont traités en réduction, tous les éléments du genre existent dans le film. Usage d’une arme, présence de policiers, séquestration d’individu, poursuites en voiture, scènes de parking glauques sont là, même si le scénario est sans cesse remis sur le rail de ce que vivent et ressentent les personnages.

Ce qui vient contrebalancer l’appartenance du récit au film de genre, c’est le principe d’une narration fragmentée qui permet d’aller à chaque fois au-delà de l’intrigue principale, de la dépasser.

En optant pour le choix de mêler plusieurs points de vue, le metteur en scène enrichit son histoire, lui donne une consistance empreinte d’humanité, lui permet de prendre de la distance par rapport aux vicissitudes et aux émotions de Sonia Bonet, tout en offrant une plus grande latitude dans l’interprétation de ses faits et gestes.

De nombreux jeux avec des miroirs reflètent et distordent le regard forcément subjectif porté sur le personnage central. Ils permettent de laisser plus de place à l’empathie mais également à la peur et au rejet, en fonction du vécu de chacun des personnages qui croise le route de cette femme.

Pourtant, alors qu’il aborde des sujets graves (l’amour, la maladie, la mort, le sens des responsabilités), " Un monstre à mille têtes " (invincible ?) témoigne d’un sens de l’humour très sec et d’une ironie cinglante en faisant ressortir ce qui, même dans les moments les plus dramatiques, demeure absurde ou ridicule.

Le film est porté par l’interprétation de Jana Raluy, une comédienne formidable, capable de jouer sur une très large palette d’émotions et qui donne à merveille un personnage à la fois déterminé et fragile.

Une œuvre dont la singularité et l’originalité narrative, renforcent la portée des sujets abordés.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)