Actualité théâtrale

Le 1 et 2 février à l’Auditorium de la Fondation Louis Vuitton Le 4 et le 5 février au Théâtre Claude Levi-Strauss du Musée du Quai Branly à 19h15

« Un rêve de millet »

Un rêve de millet figure dans un recueil de romans fantastiques écrit à l’époque Tang, au huitième siècle. Dans une auberge de la campagne chinoise, un jeune lettré rencontre un sage taoïste à qui il se plaint de sa condition misérable. L’aubergiste met du millet à cuire. Le sage donne au jeune homme un oreiller propice aux songes. Celui-ci s’endort et fait des rêves de gloire et de fortune. Lorsqu’il se réveille, il s’interroge sur ce qu’a été sa vie. L’odeur du millet s’est répandue dans la salle, il est cuit et les spectateurs sont prêts à le goûter. A la fin de la pièce, le jeune lettré se demande si, au-delà de la gloire, le « contentement », après lequel il courait, ne serait pas de manger un plat de millet, en restant libre de sa vie, conclusion marquée du sceau du taoïsme.

Théâtre : un rêve de millet

Huang Ying, le metteur en scène, se plait à croiser un texte classique, une esthétique chinoise traditionnelle et des éléments de modernité. Full Show Lane Studio, sa compagnie qui rassemble des artistes venus d’horizons divers, théâtre, opéra chinois, danse et musique, cherche à renouveler la forme du théâtre et à porter un regard différent sur la société d’aujourd’hui. Dans un angle de la scène, un homme en costume moderne, iPad à la main, suit l’action, met en marche le cuit-vapeur et donne de la nourriture à un poisson rouge. Mais la tradition n’est pas loin. Les dialogues sont chantés comme dans l’Opéra chinois et les arts traditionnels, danse, bâton sont à l’honneur. Sur une chaise rouge, une musicienne joue du samxian, un luth à long manche, mais il y aura aussi un gong et un tambour pour rythmer le récit des batailles.
Sur le devant de la scène, l’imaginaire se déploie dans toute sa splendeur. Ce sont les genoux d’une jeune femme qui deviennent l’oreiller où vont s’épanouir les rêves du jeune homme. Avec peu de choses on le suit sur-le-champ de bataille et dans ses travaux de bâtisseur. Son ascension sociale est évoquée par un manteau qui s’élève peu à peu. Le rouge des chaises trouve son écho dans celui des pots où cuit le millet et dans la robe si simple et si élégante de sa femme. La simplicité des vêtements paysans contraste avec la splendeur des manteaux de cour brodés. Le raffinement des éclairages, simple lanterne de papier ou lampes-fleurs complexes, magnifie la beauté des gestes : glissement rapide des petits pas de la dame, manches très longues qui s’envolent avec grâce quand elle danse, élégance des gestes des hommes qui versent l’eau pour la préparation du millet.
Tout est beau et raffiné dans ce spectacle et le millet servi au public à la fin apporte sa touche de simplicité en écho à la philosophie du texte.

Micheline Rousselet

En tournée
Wang.jing@hybriditesfrancechine.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)
  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)