Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, du 3 au 27 novembre

"Une légère blessure" Texte et dramaturgie Laurent Mauvignier Mise en scène Othello Vilgard.

Elle a la trentaine à peine passée. Elle est jolie, élégante, enjouée, peut-être un peu superficielle. Elle s’apprête à recevoir à dîner ses parents et la famille de son frère. Ils seront huit à table.

Elle met le couvert pendant que la cuisinière invisible, à qui elle s’adresse tout au long du monologue, prépare le repas.

Elle la tutoie. Elle lui parle de tout et de rien. D’elle, de son rapport aux hommes, de sexe, de ses expériences d’adolescente, de Roberto, de ses rêves de crocodiles….

L’interlocutrice qu’on ne voit jamais et qui ne dit mot est une étrangère. Elle parle une autre langue, pratique une autre religion, a d’autres centres d’intérêt, d’autres manières. Pas grand-chose à voir avec elle

Il y a dans l’empressement à dire, dans le comportement de cette bourgeoise intarissable, des relents de colonialisme, de paternalisme. " Vous serez là après le départ des invités pour tout ranger. Moi, je ne sais pas ranger…"

Mais que cache cette femme seule derrière son débit de paroles, derrière ses passages du coq à l’âne. C’est peut-être bien une fêlure, cette légère blessure.

Et si elle troque sa tenue d’intérieur contre une robe très "couture" puis contre une autre robe écarlate et habillée pour enfiler finalement une tenue "jean-baskets" qu’elle conservera jusqu’à la fin, on peut tout penser.

Que, peut-être personne ne viendra dîner, que la cuisinière à qui elle déverse son flot de paroles n’existe pas. Penser tout autant qu’elle est heureuse de recevoir une famille qui n’est plus venue chez elle depuis longtemps, ses parents vieillissants qu’on "aura très vite l’impression de connaître depuis toujours".

L’écriture de Laurent Mauvignier est ciselée, précise, ciblée et derrière une certaine superficialité, touche à l’émotion. Elle ressemble à un mécanisme d’horlogerie et tout le temps que Johanna distille le texte, on a l’impression que se tisse une sorte de dentelle ou surviendrait soudain, de temps en temps, un accroc.

" Une légère blessure " est un moment de théâtre fragile, menacé par un constant déséquilibre, une rupture qui tient au rapport entre la bonne humeur, l’enthousiasme du personnage et le léger malaise qui s’installe.

Magnifique.

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt Paris 8ème.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)
  • « Voltaire Rousseau »
    1765, Voltaire est à Ferney, tout près de Genève, lieu qu’il a choisi car il peut ainsi aisément passer de France en Suisse au gré de sa situation. Rousseau, chassé de Suisse, lui rend visite dans le... Lire la suite (10 avril)