Actualité théâtrale

Jusqu’au 14 mai à La Manufacture des Abbesses

« Valentina-Tchernobyl, née pour l’amour »

Voici tout juste trente ans se produisait l’explosion nucléaire de Tchernobyl. Passés les premiers jours, l’URSS a pris conscience de l’ampleur de la catastrophe et a mobilisé entre 600 000 et un million d’ouvriers, de techniciens, d’ingénieurs, venus de Russie, d’Ukraine et de Biélorussie sans savoir ce qui les attendait, pour tenter d’isoler le cœur du réacteur en fusion. Dans «  La supplication, Tchernobyl chronique du monde après l’apocalypse »,  Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015, s’est entretenue avec des femmes de ces « liquidateurs ». Ce sont les mots de Valentina que la Compagnie Honorine productions a choisi de nous faire entendre, une femme amoureuse qui aime en dépit de tout et assiste impuissante à la destruction, jour après jour, du corps de l’être aimé. La peur, un sentiment d’impuissance face à une situation inédite et imprévue saisissent tous ceux qui sont confrontés à cette horreur. Valentina, qui dit qu’elle était née pour l’amour, luttera jusqu’au bout et son magnifique cri d’amour et de révolte nous bouleverse.

Théâtre : Valentina-Tchernobyl

Sous une lumière douce sur un plateau nu, la voix de Valentina est portée par Coralie Emilion-Languille, seule en scène, longue robe noire et gilet rouge. Elle vibre d’amour, de sensualité semblant caresser de ses mains le corps de l’homme qu’elle aime et qui s’abîme peu à peu, dont le visage se transforme monstrueusement, dont la voix s’efface pour ne plus laisser place qu’au silence. Elle tripote son alliance en parlant, tremble de révolte contre ces médecins et infirmières impuissants, qui la laissent face à la souffrance de son mari, cherchant seule auprès d’autres femmes de « liquidateurs » des remèdes de fortune. À la folie des hommes libérant des forces qu’ils ne maîtrisent plus, elle oppose sa douce folie, celle d’aimer en dépit de l’obscénité de cette mort. Elle vit et elle parle, elle est magnifique.

Micheline Rousselet

Mercredi, jeudi, vendredi et samedi à 19h

La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron, 75018 Paris

Réservations : 01 42 33 42 03

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Seuls »
    Harwan, étudiant en sociologie de l’imaginaire à Montréal, termine sa thèse sur « le cadre comme espace imaginaire dans les solos de Robert Lepage », le grand metteur en scène québécois. S’il a choisi... Lire la suite (27 septembre)
  • The great disaster
    La compagnie ASKELL part en tournée en Algérie avec The Great Disaster, l’histoire d’ un immigré italien, Giovanni Pastore, « qui n’aurait jamais dû quitter sa Mamma ». Emmanuelle Péron met en scène sous... Lire la suite (27 septembre)
  • « Edmond »
    En 1897, Edmond Rostand est déprimé en raison du récent échec de sa pièce en vers. En dépit de l’amitié et de l’admiration de Sarah Bernhardt, alors au sommet de sa gloire, il n’arrive plus à écrire et... Lire la suite (25 septembre)
  • « Brasseur et les enfants du paradis »
    Hiver 1943, Prévert, Carné, Kosma et Trauner sont réfugiés en Provence dans une maison louée par Prévert à Tourettes-sur-Loup. La menace les entoure, les Allemands sont entrés en zone Sud. Kosma et... Lire la suite (23 septembre)
  • « Le dépeupleur »
    De ce court texte de Beckett, Serge Merlin ne s’est jamais beaucoup éloigné depuis 1978, où il l’a créé pour la scène au festival off d’Avignon. Un texte un peu énigmatique mais fascinant où l’on trouve... Lire la suite (23 septembre)