Communiqués

Villemoisson sur Orge Arrestation d’un enseignant

Condamnant fermement les actes de pédophilie, le SNES-FSU ne peut accepter les accusations contre les membres d’une CAP portées par la Ministre lors de sa conférence de presse du 19 févier. Il apporte donc tout son soutien aux délégués du personnel siégeant dans toutes les commissions disciplinaires, et particulièrement ceux de l’académie de Versailles, et dont la Ministre a remis en cause la déontologie.

Il semble essentiel de redire que ces commissions paritaires, au vu du dossier que leur fournit l’administration, dans le strict respect de la loi, ne font que donner un avis au recteur qui reste le seul décisionnaire au nom du ministre. La section académique SNES de Versailles le rappelle très clairement dans son communiqué de presse ci-joint.

Frédérique ROLET, co-secrétaire générale
Roland HUBERT, co-secrétaire général

Communiqué de presse

Arcueil, le lundi 22 février

Arrestation et mise en examen d’un enseignant à Villemoisson sur Orge :
Communiqué suite aux propos de la Ministre de l’Education nationale

L’arrestation et la mise en examen d’un enseignant du collège Blaise Pascal à Villemoisson sur Orge (Essonne) pour détention d’images pédopornographiques et agression sexuelle sur un mineur a suscité une émotion légitime au sein de la communauté éducative. La section académique du SNES-FSU condamne fermement les faits qui ont conduit à l’arrestation de cet enseignant et rappelle son exigence absolue de protection des élèves et de la jeunesse contre de tels actes.

Mais, dans une affaire aussi grave, la réaction de la Ministre de l’Education Nationale témoigne d’une méconnaissance grave du fonctionnement de l’institution qu’elle dirige, ainsi que d’une volonté de jeter l’opprobre sur les représentants des personnels pour mieux se défausser des responsabilités qui lui incombent.

Dans sa conférence de presse du 19 février, la Ministre a mis en cause les membres d’une CAP disciplinaire qui s’est tenue en 2007 et qui auraient, selon la Ministre, fait preuve d’aveuglement en confirmant ce collègue dans ses fonctions alors qu’il avait été l’objet d’une condamnation de la part de la justice anglaise pour des faits de pédophilie commis en 2006. En pointant ainsi du doigt les élus des personnels mais aussi les représentants de son administration, la Ministre de l’Education Nationale oublie, ou feint d’oublier, les règles élémentaires des procédures disciplinaires :
- une CAP n’a qu’un rôle consultatif, et in fine, la décision disciplinaire, tout comme l’affectation et la réintégration, appartiennent au Recteur et au Ministre, et à eux seuls.
- Une CAP n’a aucun pouvoir d’investigation et émet un avis sur la base des seuls éléments portés à sa connaissance par l’Administration elle-même.
Elle oublie aussi que les CAPA de l’académie de Versailles prononcent des avis favorables à la radiation de collègues et ne sauraient être suspectées de complaisance à l’égard de faits inacceptables.

L’ensemble des membres d’une CAP, représentants de l’Administration et des personnels, est tenu à un devoir de confidentialité. Les élus des personnels ne s’exprimeront donc pas sur le contenu du dossier datant de 2007, en dépit de cette mise en cause si commode de la part de la Ministre puisqu’elle ne peut appeler aucune réponse.

La section académique du SNES-FSU dénonce les manœuvres de la Ministre de l’Education Nationale qui, dans une recherche effrénée de boucs émissaires, jette en pâture médiatique les représentants des personnels présents à cette CAP. La Ministre fait porter le soupçon, de manière injustifiée et indigne, sur des personnels qui, dans leur rôle d’élus, se font les garants des valeurs citoyennes, éthiques et républicaines dans le fonctionnement du service public d’éducation. Elle méconnaît ainsi les règles élémentaires du fonctionnement des instances paritaires de l’Education Nationale et contribue à former des amalgames douteux dans l’opinion publique, ce qui tend à jeter l’opprobre sur l’ensemble de l’institution.

Pour la section académique du SNES-FSU, la protection des élèves et de la jeunesse contre la pédophilie exige d’autres réponses que la recherche de boucs émissaires et une communication précipitée.

Michel Vialle, co-secrétaire général SNES Versailles
Pascale Boutet, co-secrétaire générale SNES Versailles
Sophie Vénétitay, co-secrétaire générale SNES Versailles

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Le SNES-FSU enquête sur la réforme du collège
    S’il est trop tôt pour faire un bilan des effets de la réforme collège 2016 sur les élèves, il est déjà possible de regarder comment les établissements se sont organisés avec les nouveaux horaires et les... Lire la suite (21 septembre)
  • Réforme de l’évaluation des enseignants
    Le ministère envisage de développer l’accompagnement individuel et collectif des personnels pour recentrer l’évaluation sur l’aide et le conseil et permettre les échanges de pratiques professionnelles.... Lire la suite (19 septembre)
  • Grève du second degré
    Quels que soient les propos de la Ministre de l’Éducation, les faits ne mentent pas : nous sommes loin d’une rentrée apaisée. Les personnels du second degré ont pu mesurer à l’occasion de la rentrée... Lire la suite (8 septembre)
  • Tous en grève le 8 septembre
    La rentrée 2016 devrait voir mise en œuvre la réforme du collège imposée par le gouvernement alors même qu’elle est toujours contestée par la majorité des personnels du second degré. Ces derniers qui ont... Lire la suite (30 août)
  • Conférence de presse de rentrée
    Veuillez trouver ci-joint le dossier de la conférence de presse qui a eu lieu le vendredi 26 août.Lire la suite (26 août)