Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Frédéric Andréi (France)

"Voleur d’histoire" Sortie en salles le 29 juin 2016.

Pierre, romancier reconnu est en panne d’inspiration. Il découvre que pour pouvoir écrire à nouveau, il a besoin d’une présence dans sa pièce de travail.

Il engage Vincent pour devenir son "assistant" passif. Sa seule mission va consister à respecter des horaires précis, à rester concentré et à faible distance de l’écrivain.

La "collaboration" s’avère très productive. Mais quel est le sujet du roman qu’écrit Pierre ?

Vincent n’est-il qu’un "assistant" ou bien est-il devenu, au fil des jours, le sujet du roman ?

Ou bien est-il les deux ?

Et au bout du compte, s’il y a un prédateur, lequel des deux l’est ?

Cinéma : Voleur d'histoire

Frédéric Andrei fut, au début des années quatre-vingt, l’interprète de " Diva " le film de Jean-Jacques Beneix. Il apparait par la suite dans des réalisations d’Yves Boisset, Michel Deville ou Tonie Marshal.

Il passe à la réalisation en 1986 avec " Paris minuit " puis, à partir de 1991, met en scène pour la télévision des documentaires, des reportages ou des portraits pour des émissions comme " Faut pas rêve r" ou "Envoyé spécial ".

En 2008, il revient au cinéma avec " Par suite d’un arrêt de travail " avec Patrick Timsit et Charles Berling et en 2014, il publie son premier roman chez Albin Michel.

" Voleur d’histoire " est son troisième long métrage.

Le sujet de départ, le romancier improductif face à la page blanche, n’est pas nouveau.

Ce qui, par contre, l’est plus, c’est la présence nécessaire auprès du romancier à bout de souffle d’une personne dont la seule présence serait capable de relancer le mécanisme de l’écriture.

L’association (confrontation) des deux personnages, l’un créatif, l’autre rémunéré, le jeu de dépendance qui s’en suit et l’ambiguïté de la relation qui en découle pouvaient donner matière, d’autant plus que le film est le plus souvent un huis-clos, à un plus grand malaise, une plus grande complexité que ceux que le "Voleur d’histoire " développe.

Frédéric Andrei tire-t-il tout le parti de cette complicité souterraine dans le déroulement et la montée dramatique de son récit ?

Malgré son désir d’installer le malaise, le sujet de son film reste beaucoup trop à la surface et ne dépasse que très rarement le stade de l’anecdote ; et ce qui aurait pu être traité de façon fiévreuse, équivoque, pour atteindre les profondeurs de la perversité, demeure à la surface et finit par déboucher sur une continuité beaucoup trop lisse et peu captivante.

Francis Dubois.

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « De toutes mes forces »
    Nassim est élève de première dans un grand lycée parisien et vit seul avec une mère profondément dépressive. Au retour d’un week-end avec des amis, il la retrouve étendue au sol, morte. Suicide ou prise... Lire la suite (27 avril)
  • « Aurore »
    Aurore a atteint la cinquantaine et tiré un trait sur toute vie sentimentale. Elles est serveuse dans un bar et vit dans un pavillon à La Rochelle avec ses deux filles qui sont devenues des jeunes... Lire la suite (22 avril)
  • « Adieu Mandalay »
    Liangqing et Guo, deux jeunes birmans, se sont croisés au moment de leur arrivée en Thaïlande. Quelque temps plus tard, après que chacun est parti de son côté, ils vont se retrouver et voir s’établir... Lire la suite (21 avril)
  • « Django »
    A Paris, en 1943, sous l’Occupation, le musicien Django Reinhardt est au sommet de son art. Guitariste génial et homme insouciant au style musical aérien, il triomphe dans les grandes salles alors... Lire la suite (21 avril)
  • « A mon âge, je me cache encore pour fumer »
    Jusque là, dans la société algérienne, le hammam était un endroit où les femmes pouvaient aller sans réprimande. Mais le 21 juin 1990, le FIS (Front Islamique du Salut) remporte massivement des voix... Lire la suite (20 avril)