Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Frédéric Andréi (France)

"Voleur d’histoire" Sortie en salles le 29 juin 2016.

Pierre, romancier reconnu est en panne d’inspiration. Il découvre que pour pouvoir écrire à nouveau, il a besoin d’une présence dans sa pièce de travail.

Il engage Vincent pour devenir son "assistant" passif. Sa seule mission va consister à respecter des horaires précis, à rester concentré et à faible distance de l’écrivain.

La "collaboration" s’avère très productive. Mais quel est le sujet du roman qu’écrit Pierre ?

Vincent n’est-il qu’un "assistant" ou bien est-il devenu, au fil des jours, le sujet du roman ?

Ou bien est-il les deux ?

Et au bout du compte, s’il y a un prédateur, lequel des deux l’est ?

Cinéma : Voleur d'histoire

Frédéric Andrei fut, au début des années quatre-vingt, l’interprète de " Diva " le film de Jean-Jacques Beneix. Il apparait par la suite dans des réalisations d’Yves Boisset, Michel Deville ou Tonie Marshal.

Il passe à la réalisation en 1986 avec " Paris minuit " puis, à partir de 1991, met en scène pour la télévision des documentaires, des reportages ou des portraits pour des émissions comme " Faut pas rêve r" ou "Envoyé spécial ".

En 2008, il revient au cinéma avec " Par suite d’un arrêt de travail " avec Patrick Timsit et Charles Berling et en 2014, il publie son premier roman chez Albin Michel.

" Voleur d’histoire " est son troisième long métrage.

Le sujet de départ, le romancier improductif face à la page blanche, n’est pas nouveau.

Ce qui, par contre, l’est plus, c’est la présence nécessaire auprès du romancier à bout de souffle d’une personne dont la seule présence serait capable de relancer le mécanisme de l’écriture.

L’association (confrontation) des deux personnages, l’un créatif, l’autre rémunéré, le jeu de dépendance qui s’en suit et l’ambiguïté de la relation qui en découle pouvaient donner matière, d’autant plus que le film est le plus souvent un huis-clos, à un plus grand malaise, une plus grande complexité que ceux que le "Voleur d’histoire " développe.

Frédéric Andrei tire-t-il tout le parti de cette complicité souterraine dans le déroulement et la montée dramatique de son récit ?

Malgré son désir d’installer le malaise, le sujet de son film reste beaucoup trop à la surface et ne dépasse que très rarement le stade de l’anecdote ; et ce qui aurait pu être traité de façon fiévreuse, équivoque, pour atteindre les profondeurs de la perversité, demeure à la surface et finit par déboucher sur une continuité beaucoup trop lisse et peu captivante.

Francis Dubois.

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Notre révolution intérieure"
    "Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde" - Gandhi "Il ne peut y avoir de changement de société sans le changement humain ."- Pierre Rabhi. Ces deux citations ouvrent... Lire la suite (22 janvier)
  • "Compte tes blessures"
    A 24ans, chanteur dans un groupe de hard-rock, Vincent vit seul avec son père, un poissonnier ambulant, depuis la mort récente de sa mère. Leur cohabitation n’est pas toujours facile. Les... Lire la suite (21 janvier)
  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)