Actualité musicale, chanson...

Wendy Lee Taylor Nouveauté jazz

Une chanteuse, Wendy Lee Taylor. Il me souvenait d’un album de cette vocaliste – plus juste que chanteuse, c’est une musicienne à part entière, on l’oublie un peu trop souvent – intitulé brutalement «  Wendy Lee Taylor  », orné d’une belle couverture du label indépendant Cristal Records et qui m’avait séduit. Il faut dire que le pianiste était Chris Cody, un de ceux qui s’était découvert dans ce début du 21e siècle – l’album en question datant de 2004. Depuis, presque rien ou plutôt rien qui soit venu à mes oreilles, je parle de Wendy, Chris, lui, a continué une carrière que je lui souhaite grande.

Il a fallu attendre 2011 pour l’entendre de nouveau. L’album porte comme titre celui de l’une des compostions de la chanteuse, «  All You Have To Do  », et elle est en compagnie de musiciens français qui lui offrent la possibilité de montrer une autre face de son talent, plus à même de séduire un large public, sans concession aucune. Le batteur brille de tous ses feux, Mourad Benhamou faisant la démonstration qu’il sait se faire discret derrière la chanteuse. Luigi Trussardi est à la contrebasse, il disparaîtra le 29 avril 2010, l’album lui est dédié par Wendy Lee. Cindy Taylor est au vibraphone et percussions et les anches brillent lorsqu’elle leur donne l’espace de le faire. Fabien Mary est à la trompette, Pierrick Pédron, au saxophone alto – qui fait beaucoup parler de lui ces derniers temps – David Sauzay au ténor et à la flûte, Michael Joussein au trombone et Xavier Richardeau au baryton qui s’offre un solo aérien sur «  Trav’ling light  » (de Billie Holiday). Pour beaucoup de standards, elle en compagnie de la seule section rythmique, Mourad, Cindy, Luigi et Pierre Christophe au piano. Il est ici de grandes réussites dont «  Chez moi  » qui bénéficie d’un arrangement efficace de Laurent Colombani. Tous ces thèmes mériteraient de passer sur les ondes, notamment cette chanson en français «  Plus je t’embrasse  » - avec un solo de flûte de David - et «  Bonjour Tristesse  ». Elle a de la présence même si sur certains thèmes, elle a tendance à crier, outrepassant sa tessiture.

Sans révolutionner l’art du chant, Wendy Lee Taylor suit sa propre voie. A écouter. Pour se rendre compte que «  My Taylor is rich  » - comment faire pour la rater celle-là ?

Nicolas Béniès

 

Wendy Lee Taylor, « All you have to do », Safety records/Intégral Distribution.

Autres articles de la rubrique Actualité musicale, chanson...

  • Festival de musique de Besançon-Franche Comté
    Cette notice complète la présentation de ce festival de musique classique, publiée dans le cahier "spécial festival" de l’US Mag 771 du 10 juin (S’évader pour se retrouver) Créé en 1948, complété par... Lire la suite (30 juillet)
  • Festival Mots en liberté
    Comme nous l’indique son président, Jacky PETIT, « le quatrième festival de Saint Cirgues en Montagne ne saura pas démentir le projet initial de l’ association " Mots en Liberté". Les artistes qui,... Lire la suite (18 juillet)
  • "Live, Tribute to Erroll Garner" Pierre Christophe quartet
    Cette citation de Boris Vian pour dire la place essentielle d’Erroll Garner. Cet autodidacte, un fait rare dans les mondes du jazz contrairement à une idée répandue, a été incapable de jouer deux fois... Lire la suite (16 juillet)
  • "Puente Atlántico"
    Un pont musical entre France et Guatemala, au service d’une cause chère à nous tous, l’éducation pour tous. Depuis le Guatemala nous arrive un son très estival, très festival, qui fait un pont entre... Lire la suite (30 juin)
  • « Exils… » concert du Trio Serge Utgé-Royo
    Le grand poète et chanteur Serge Utgé-Royo, de la trempe d’un Léo Ferré qui le programma –tout jeune- en première partie de concerts, que nous avons déjà présenté à l’occasion de sortie d’albums ou... Lire la suite (13 juin)