Actualité théâtrale

mars-avril à Ivry/Seine

avec le Théâtre des Quartiers… du Monde au Studio Casanova à Ivry

Quartiers d’Ivry- Quartiers du Monde… Après avoir présenté, les saisons précédentes "Brûlots d’Afrique", "Qué Tal"(dramaturgie d’Amérique latine) et "Les écritures du Moyen-Orient", le Théâtre des Quartiers d’Ivry a choisi cette fois-ci comme invité d’honneur Le Théâtre National Palestinien qui exerce son art déjà si fragile par nature, dans des conditions terribles et de grande précarité.

=> "
Le collier d’Hélène ", de Carole Fréchette mise en scène de Nabil El Azan, n’est pas un texte revendicatif. Hélène, une femme occidentale, erre dans une ville arabe à la recherche d’un collier de perles. A travers les quelques rencontres qu’elle fera, elle prendra la mesure d’une réalité douloureuse liée à l’interminable conflit.
Cette collaboration internationale permet la mise en lumière du travail du Théâtre national palestinien.
Le théâtre national palestinien dirigé par Jamel Ghosheh est implanté à Jérusalem-Est depuis une vingtaine d’années. Sa programmation est régulière mais discontinue. Il ne bénéficie d’aucune subvention et à défaut de pouvoir entretenir une troupe, il regroupe une grand nombre de talents artistiques…
La pièce est interprétée en français, en anglais et en arabe sur titrés. Chacune des représentations sera suivie d’une discussion. Jusqu’au 14 mars

=> " Shiltz ", de Hanokh Levin, mise en scène de Christine Berg (du 17 au 21 mars), a l’apparence d’une comédie familiale. Il s’agit d’une farce musicale qui retrace l’ascension sociale de Peltz, un arriviste qui s’enrichit grâce à la guerre. Dénué de tout scrupule, il met la main sur une société de travaux publics qu’il fait fructifier en creusant des tranchées pour l’armée israélienne. Profiteur corrompu, Peltz est une beau jour envoyé au front…
Hanokh Levin, décédé en 1999, est une figure importante du théâtre israélien. Il affirme ses opinions à travers des textes écrits au vitriol, textes politiques et comédies où il dépeint l’âme humaine dans ce qu’elle a de tragique, de cruel et de… drôle.
En 1982, une de ses pièces, "Le patriote" a été retirée de l’affiche… Il a laissé derrière lui, après sa mort, un vide terrible.

=>"La comédie indigène", conception et mise en scène de Lofta Achour = du 24 au 28 mars.

Le chinois est lubrique, l’Africaine admirable de formes, l’Arabe est fourbe, sodomite, l’Indigène a une existence végétative et instinctive et c’est à une sécrétion du foie que l’éthiopien doit la couleur de sa peau… Le florilège des idées toutes faites, clichés nés d’un soit disant bon sens populaire réuni par Lofti Achour est effrayant.
Le bon ordre des choses répartit le monde en deux : d’une part le savoir, la civilisation et le bon sens et de l’autre, la barbarie et tout ce qui s’en suit.
On aimerait bien être sûrs que ces clichés tenaces appartiennent à une époque révolue.
Le travail de Lofti Achour a pris appui sur des textes et citations de Joseph Conrad, André Gide, Victor Hugo, Lamartine, Marx, Maupassant, Achille Mbembe et sur des textes de chansons coloniales.
Metteur en scène, réalisateur de films et acteur, Lofti Achour est né à Tunis. Ses créations ont été données sur de nombreuses scènes : Carthage, Hammamet, Paris, Avignon mais aussi au Liban, en Jordanie ou en Egypte.

=> " Marx matériau " Pas de scène. Pas de salle. Un espace unique. Le comédien sert un verre de vin et la conversation s’engage. On est de plein pied dans la vie de tous les jours. On aborde les sujets qui interrogent : travail, salaires, profits comme on le ferait entre amis à la maison.
"Marx matériau" livre un matériau de pensée libre à l’interprétation, une attitude critique plutôt que la pensée prête à l’emploi.
Jacques Allaire formé au Conservatoire d’Art dramatique de Rennes, à la fois comédien et metteur en scène familier des textes de Pessoa ou d’Eugène Durif nous invite à un face à face avec l’autre, avec soi-même, face au monde, à un voyage au cœur de notre propre vie.
Il a conçu son spectacle à partir d’écrits de Karl Marx.
Du 31 mars au 4 avril.

Au cours de toute cette période, jusqu’au 4 avril, chaque samedi sera consacré à des lectures, débats et rencontres (après une ouverture le 7 mars avec "Nous aussi nous aimons la vie" poèmes et textes de Mahmoud Darwich) :
Le samedi 14 mars à 17 heures "Carte blanche au Théâtre National Palestinien"
Le samedi 21 mars à 17 heures "Autour d’Hanokh Levin "Lectures d’extraits des comédies et des pièces politiques et Mythologiques avec les étudiants de l’Atelier Théâtre de l’Université Tolbiac.
Le samedi 28 mars à 17 heures « La prochaine fois le feu » d’après le texte de James Baldwin et « Peau noire, visage blanc » de Frantz Fanon.
Le samedi 4 avril à 17 heures « Insurrections » sur des textes de Jean Ziegler, Paul Lafargue, Victor Hugo, Auguste Blanqui Louise Michel.
Francis Dubois

Studio Casanova 69 avenue Danielle Casanova 94 200 Ivry-sur-Seine
Réservation (en se réclamant du Snes - le Théâtre des quartiers est partenaire Réduc’snes) au 01 43 90 11 11

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)