Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Gérard Mordillat (France)

" le grand retournement" Sortie en salles le 23 janvier 2013

Lorsqu’il a eu fini de lire " Un grand retournement" la pièce de théâtre que Frédéric Lordon a publiée aux Éditions du Seuil en 2011, Gérard Mordillat a immédiatement joint l’auteur pour lui demander le lui en réserver les droits.

Car, avait-il affirmé en toute modestie, il était le seul à pouvoir en faire un film.

La particularité première de ce texte est qu’il a été écrit en alexandrins classiques et c’est en l’état que le cinéaste de " Vive la Sociale" a souhaité le tourner.

La crise financière fait rage. La bourse dégringole, les banques sont au bord de la faillite, le crédit est sur le carreau et l’économie agonise.

Pour sauver leurs mises, les banquiers décident de faire appel à l’État qui devient le sauveur des banques.

Les citoyens paieront pour que le système en place reste intact, que les riches restent riches et les pauvres, pauvres.

Gérard Mordillat a effectivement gardé les alexandrins et choisi, pour dire le texte, des comédiens de théâtre pour la plupart, avec Jacques Weber en tête, Christine Murillo, Antoine Bouseiller, Jean-Damien Barbin ou Thibault de Montalembert.

Son président, qui n’est pas sans rappeler un président récemment au pouvoir et son premier ministre, jouent le jeu des banques, allègrement. Et si les alexandrins font du premier une sorte d’Hamlet qui aurait troqué le crâne de Yorick contre la manette d’une console vidéo, il semble laisser le choix pour le cerner, entre un enfant capricieux et stupide ou le plus malin d’entre tous.

Gérard Mordillat a choisi pour tourner son film la friche de l’usine Babcok d’Aubervilliers. Un espace aux murs léprosés, au sol inégal jonchés d’immondices et de flaques d’eau boueuse. Les personnages des banquiers ne jouissent, sur le plan du décor, d’aucun privilège. Seuls ceux du président de la République ou du premier Ministre ont droit à bureau et fauteuil plus décorés, plantés dans le même site.

Les choix de Gérard Mordillat auraient pu déboucher sur une sorte d’exercice de style, ce que n’est surtout pas son film qui, en dépit des alexandrins et d’un décor complètement imprévisible, garde toute sa valeur critique et fait au plus près, et de la façon didactique qui s’imposait, l’historique de la crise dont les banquiers sont sortis vainqueurs.

L’histoire imaginée par Frédéric Lordon est universelle. Elle n’attaque pas spécifiquement un

Gouvernement de droite. La critique s’adresse ici à qui joue le jeu de l’argent vers l’argent.

Depuis " Vive la Sociale’ Gérard Mordillat a réalisé d’autres films politiques. Celui-ci, sous sa forme légère, est d’une belle efficacité.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)
  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)