Handicap

recrutement /modalités l’essentiel

RECRUTEMENT :

La loi imposait depuis 1987 à toute entreprise d’au moins 20 salariés une obligation d’emploi au profit des travailleurs handicapés à hauteur d’au moins 6% des effectifs.
La circulaire 2002-00 du 24 avril 2002 et la loi 2005-102 du 11 avril 2005 renforcent le dispositif pour la fonction publique. Il est à noter que l’éducation nationale est très en retard sur la question du recrutement des personnels handicapés, seulement 3% des effectifs.

- Les personnes reconnues travailleurs handicapées à plus de 60% par la commission spécialisée de la maison du handicap de leur département (MDPH) peuvent intégrer la fonction publique :
-soit en passant les concours qui peuvent être aménagés (Tiers-temps, ordinateurs…)
- soit par voie contractuelle : une commission académique spécifique doit statuer sur la compatibilité du handicap de plus de 60% avec l’emploi postulé. Si l’avis est favorable ET qu’un poste est vacant, le rectorat peut nommer le collègue sur ce poste pendant un an. Après une évaluation positive de l’IPR, la titularisation est prononcée

MODALITES D’ACCOMPAGNEMENT :

- Les collègues en position de handicap peuvent demander un aménagement de leur poste (ex : disposer d’un ordinateur, obtenir une meilleure ergonomie du poste de travail). Il faut prendre contact avec le correspondant handicap de l’académie.

-  la réglementation prévoit l’attribution d’un assistant aux collègues aveugles, amblyopes ou grands infirmes. Demande à faire au rectorat.
-  Les personnes reconnues travailleurs handicapés peuvent bénéficier d’une priorité dans le cadre d’une mutation (idem pour les personnes dont le conjoint ou l’enfant est handicapé).Elle peuvent bénéficier d’un allègement de service (Celui-ci n’est jamais renouvelable a priori). Dans les deux cas, il faut prendre contact avec le médecin conseil du rectorat.

RETRAITE :

L’âge auquel le droit à pension est ouvert varie de 55 à 59 ans selon la durée de l’activité professionnelle accomplie alors que l’agent était atteint d’une incapacité permanente d’au moins 80%.

La retraite des personnes handicapées à plus de 80% ne subit pas de décote.
Lionel Barre