Actualités

Surmonter le 13 novembre Motion adoptée à la CA

La France est visée et a été touchée par des attaques terroristes de l’auto-proclamé « Etat Islamique ».
Nous réaffirmons notre solidarité et notre soutien aux victimes de ces attentats meurtriers, à leurs familles et à leurs proches. Les personnels de l’éducation nationale, comme l’ensemble des fonctionnaires, ont montré leur engagement pour remplir leurs missions : rassurer les élèves, les aider à analyser la situation et à se construire en tant qu’individus et citoyens face à ces événements dramatiques. Leur exercice professionnel est difficile particulièrement dans les établissements touchés quand la souffrance est ignorée par l’Institution.
Ces actes barbares sont injustifiables et nous les condamnons sans réserve. Ils visent à exporter les conflits du Moyen Orient dans lesquels la France intervient, à provoquer des tensions croissantes au sein de notre société et à nous conduire vers des formes de guerre civile. Qu’ils puissent être commis par des jeunes qui ont grandi en France ou en Belgique interroge notre société.
Le syndicalisme SNES et FSU reste profondément attaché à la paix et à la démocratie, à l’égalité et à la fraternité, en France, mais aussi entre les peuples.

Combattre le terrorisme et mettre fin aux conflits au Proche-Orient.

La politique étrangère de la France doit viser à rétablir la paix dans le monde, et en particulier au Proche-Orient, ce qui suppose de rechercher des solutions diplomatiques aux conflits actuels en s’appuyant sur les forces démocratiques présentes dans ces pays. Les opérations à l’encontre des groupes terroristes doivent se faire dans cet objectif, dans le respect du droit international et avec l’aval de l’ONU.

Assurer la sûreté civile sans renoncer à l’Etat de droit

Face à ces attaques répétées, l’Etat doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la paix civile et la sécurité des personnes en restant ferme sur les principes républicains, le respect des libertés individuelles et le cadre judiciaire. Les mesures administratives doivent donc être strictement limitées, encadrées et contrôlées. La prévention de possibles actes terroristes ne peut conduire à prendre a priori des mesures punitives, de rétorsion, sur la seule base de présomptions.
Plutôt que de le renforcer une nouvelle fois, il serait plus judicieux d’interroger l’arsenal juridique existant, qui pose déjà de nombreux problèmes dans le cadre d’un Etat de droit, et son efficacité à lutter contre le terrorisme. Dans ces conditions, prolonger l’état d’urgence pour trois mois est disproportionné. Par ailleurs, réviser la Constitution en renforçant le pouvoir de l’exécutif en temps de crise serait dangereux.

Le poids des fractures de notre société

Dans le contexte électoral des régionales mais aussi la précampagne des présidentielles, il est clair que la période est propice aux surenchères politiciennes.
Nous appelons à refuser le repli sur soi, l’égoïsme national, le communautarisme, la xénophobie et le racisme. Nous refusons tout amalgame entre les terroristes et les musulmans. L’extrême droite promeut toutes ces dérives et nous appelons à lui faire barrage. Aussi, nous réaffirmons notre attachement à une république laïque, qui reconnaît l’égalité devant la loi de tous les citoyens, « sans distinction d’origine, de race ou de religion » (article premier de la constitution), qui respecte toutes les croyances et la liberté de ne pas croire.

L’urgence sociale

Le Président de la République a annoncé que « le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité », mais a passé sous silence toute dimension sociale. Il y a pourtant urgence à renouer avec des politiques publiques qui relancent une croissance de nature à créer de l’emploi, qui luttent contre les inégalités sociales, le chômage, l’exclusion et la relégation sociale et géographique.
Le rôle des services publics est essentiel au projet de la république sociale, laïque, solidaire, à laquelle nous aspirons. Lors des attentats, les forces de sécurité en ont fait la démonstration. Mais le rôle des agents hospitaliers, des professeurs, des agents de la justice, des administrations, des finances… l’est tout autant à moyen et long terme. Il faut renoncer à la baisse de la dépense publique et réformer la fiscalité pour que les citoyens trouvent l’impôt juste et utile et y consentent mieux.

L’école, une Institution de la République

L’école a un rôle spécifique à jouer en tant qu’Institution de la République pour construire au quotidien une nation française vivante et ouverte. Par une formation de qualité des personnels de l’Éducation nationale , par l’amélioration des taux d’encadrement, par le développement de l’accès aux qualifications, par l’élaboration d’une culture commune émancipatrice, par l’affirmation de l’éducabilité de tous, par la promotion de l’éducation pour tous, le système éducatif peut contribuer à construire une société plus juste. Face à de tels enjeux, la scolarité obligatoire doit être portée à 18 ans dans la loi, comme elle l’est dans les faits, la nation donnant alors à l’Etat la responsabilité de progresser vers une nouvelle étape de démocratisation de l’accès aux savoirs et aux qualifications.

A rebours des forces obscurantistes ou extrémistes actuellement à l’œuvre au sein de notre société, nous entendons contribuer, par notre action syndicale, à un monde de paix, de fraternité et de justice sociale.

Autres articles de la rubrique Actualités

  • Le 13 juin, tous à Guéret !
    Avec la FSU, le SNES participe à l’initiative nationale de la Convergence Nationale des Collectifs de défense et de développement des services publics. Celle-ci existe depuis plus de 10 ans et... Lire la suite (Juin 2015)
  • Calendrier 2015/2016
    La rentrée 2014 a été repoussée en raison d’une forte mobilisation de la profession. Mais le ministère s’obstine à nous faire rentrer en août 2015... Le ministère a annoncé que le Conseil Supérieur de... Lire la suite (Février 2015)
  • Mobilisons-nous le 3 février
    Les événements tragiques de la semaine dernière ont suscité un sursaut citoyen particulièrement exceptionnel, rassemblé dans la rue plusieurs millions de personnes, notamment dans un cortège du monde... Lire la suite (Janvier 2015)
  • Elections professionnelles
    Les élections professionnelles se sont déroulées du 27 novembre au 4 décembre. Le SNES et la FSU conservent la majorité à l’Éducation nationale. Malgré une baisse de cinq points au CTM, la FSU devance le... Lire la suite (Décembre 2014)