Actualités

Réponses de CPE au mail de M.Blanquer en date du 6 décembre 2018

Comme les enseignants, les CPE ont fait l’objet jeudi 6 décembre d’un mail à leur intention portant la signature du Ministre.

En d’autres temps, ils auraient pu apprécier cette marque de reconnaissance, qui ne coûte rien au demeurant. Au cas précis, ce courrier n’est clairement dicté que par les seules circonstances. Sa sincérité était d’ailleurs d’autant plus altérée que le même ministre confondait encore récemment conseillers pédagogiques et conseillers principaux d’éducation, dans « Le Monde » du 25 octobre dernier. Répondant à un député à l’assemblée, il affirmait même que le « nombre de conseillers pédagogiques » (lire CPE donc) n’avait « pas baissé depuis dix ans et celui des surveillants augmenté »… Est-il bien utile de rappeler au Ministre que les suppressions d’emplois de CPE (et de surveillance) n’ont jamais été aussi massives que pendant la période du DGESCO J-M Blanquer sous le quinquennat Sarkozy ? Faut-il mentionner que son arrivée en tant que Ministre a coïncidé avec une baisse de 20% des recrutements en 2018, que le concours réservé est fermé en 2019 et qu’il y aura de nouveau 10 postes de moins à l’externe ? Difficile de retrouver dans des propos aussi peu dignes, la fameuse « confiance » dont se repait désormais la communication ministérielle... A moins d’y donner le sens caché que semble vouloir mettre le Ministre à sa future loi, confondant exemplarité et docilité des personnels si l’on en croit le « Café Pédagogique » du 12/12…
Car contrairement à ce que prétend le ministre, la « situation exceptionnelle » que nous traversons a TOUT « à voir avec l’école ». Le SNES-FSU a donc répondu à ces messages ministériels par un communiqué exigeant l’ouverture de vraies discussions avec les lycéens et les personnels sur les réformes contestées (lycée, Bac et Parcoursup). Intuition fulgurante ou triste ironie des circonstances, ces échanges n’ont précédé que de quelques heures la diffusion d’images des lycéens de Mantes la Jolie gardés à vue qui a soulevé l’indignation de la FSU.
Bien évidemment, ce message inhabituel du Ministre à la profession a suscité de nombreuses réactions spontanées de collègues CPE, dont voici deux exemples parmi d’autres :

Réponse CPE du 13 au mail de M. Blanquer du 6/12/2018
Réponse CPE du 94 au mail de M. Blanquer du 6/12/2018

Autres articles de la rubrique Actualités