Situation et enjeux

US mag n°794

PRÉPARATION DE RENTRÉE EN COLLÈGE : FAIRE PLUS AVEC MOINS

Dans un contexte de suppressions de postes, les dotations horaires de la rentrée 2020 fondent comme neige au soleil mais il faudrait en faire toujours plus.

Dans le contexte des élections municipales, le rectorat d’Orléans-Tours est passé à l’allocation progressive de moyens en appliquant par avance le rapport Azéma-Mathiot. Un seuil unique de dotation fixé à trente élèves y compris pour les établissements REP et REP+, l’Indice de position sociale (IPS), le tout nouvel indice d’éloignement des collèges, et la proportion d’élèves en ULIS et UPE2A s’y combinent et permettent de dépouiller l’éducation prioritaire au bénéfice de petits collèges ruraux éloignés.

La charge de travail s’alourdit encore

Ailleurs, la loi « Pour une école de la confiance » n’est pas appliquée dans sa dimension inclusive : les élèves d’ULIS ne sont toujours pas comptabilisés deux fois, dans leur structure et dans les effectifs de classe. C’est par exemple le cas en Guadeloupe, en Corrèze, à Bordeaux... ce qui surcharge les classes alors que ces élèves ont besoin d’un enseignement différencié.
Les professeurs principaux ne sont pas encore toujours avertis qu’ils vont devoir accompagner les parents dans la dématérialisation des demandes d’orientation et d’affectation. Dans les établissements où la fracture numérique est importante, le surplus de travail sera loin d’être anodin.
Enfin, certains chefs d’établissement décrètent qu’il faut prendre sur la marge d’autonomie, donc renoncer à des dédoublements, pour mettre en œuvre l’accompagnement à l’orientation en Quatrième et en Troisième. Ils entendent bien faire passer l’idée que les professeurs doivent prendre en charge les missions d’orientation des Psy-ÉN.
Le SNES-FSU s’oppose à cette vision purement comptable de l’éducation. Il revendique une baisse des seuils à vingt-quatre élèves par classe (vingt en REP) pour améliorer les conditions d’enseignement et appelle les collègues à refuser tout alourdissement de leur charge de travail.

Autres articles de la rubrique Situation et enjeux

  • mesure de l’éloignement des collèges
    La DEPP vient de publier deux notes d’information (1) dans le but de « mieux adapter la politique éducative aux besoins différenciés des territoires ». politique éducative aux besoins différenciés... Lire la suite (Novembre 2019)
  • le quart d’heure lecture : un outil de management ?
    En quelques mois, le quart d’heure lecture s’est invité dans la majorité des collèges. L’association « Silence on lit » a trouvé le soutien du ministère pour développer un dispositif à moindre coût et... Lire la suite (Octobre 2019)
  • Collège : On achève bien les professeurs
    À la rentrée 2019, le collège continue à subir les effets de la hausse des effectifs avec 35 670 élèves supplémentaires. À Lyon, la hausse des effectifs est très marquée et les seuils d’ouverture de... Lire la suite (Octobre 2019)
  • Le collège en chantier
    Plusieurs chantiers sont en cours préparant différents types de collèges, présentés comme « en adéquation » à leur public (voir le plan internat par exemple), entérinant la ségrégation sociale dans les... Lire la suite (Août 2019)
  • LE QUART D’HEURE LECTURE Un outil séduisant, mais...
    Le « quart d’heure lecture » est en vogue, comme en témoignent les nombreux reportages des journaux télévisés à ce sujet et la demande du ministère aux recteurs de développer « des temps banalisés de... Lire la suite (Juin 2019)