Actualité théâtrale

Du 5 au 27 juillet au Théâtre Artéphile à Avignon

« 107 ans »

Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui, peut-être par peur de cet amour fou, l’a un jour laissé avec sa mobylette, pour s’intéresser à un autre garçon un peu plus vieux, un peu plus sage, qui lui proposait de l’emmener en bateau. Jusqu’où peut-on aller par amour ? Le temps peut-il guérir la douleur de la rupture quand on est prêt dédier à cet amour sa vie entière, à aller jusqu’au bout de la souffrance, à se faire mal physiquement pour ne plus avoir le mal d’aimer sans espoir.

Théâtre : 107 ans

Diastème, écrivain, metteur en scène de théâtre et de cinéma, auteur de scénarios pour Christophe Honoré et Antoine de Caunes a écrit ce texte bouleversant. La pièce est construite comme un retour sur les souvenirs de Simon, sur ce plongeon dans la souffrance et la folie. Chacun y trouve le souvenir de son premier grand chagrin d’amour, les ruses déployées pour tenter d’apercevoir l’aimé(e), de l’entendre, même si c’est au travers d’une boîte vocale, les bassesses auxquelles on est prêts pour la ramener. Mais Simon va plus loin. Simon veut avoir Lucie dans la peau au sens propre et il sombre. Diastème trouve les mots qui touchent juste « Crache-moi dessus ! Taillade-moi les veines, le cou, les cuisses, les bras ! Mais pense à moi. Surtout, juste, pense à moi ». Pour autant le texte reste sur le fil du rasoir et ne s’abîme pas dans la noirceur. On est triste, on a peur pour Simon, mais on sourit aussi car il y a de l’humour dans sa rage.

La mise en scène de Adrienne Ollé et la scénographie de Suzanne Barbaud ont joué sur ces passages du drame à l’humour et à la digression. Des sources lumineuses apparaissent et viennent peupler la scène. L’acteur les fait descendre des cintres, les balance rageusement. La lumière augmente peu à peu conduisant Simon vers la vie sans que cet amour ne s’efface jamais car il le définit.

Simon Fraud est Simon. Il dit son désespoir, sa rage, son humour aussi. Il est le médecin de l’hôpital psychiatrique, « la petite » qui se meurt d’anorexie sans savoir pourquoi, tandis que Simon lui sait qu’il « est passé si près du bonheur ». Il est bouleversant dans ce texte qui s’accroche à la peau et brise le cœur.

Micheline Rousselet

Du 5 au 27 juillet à 18h25

Théâtre Artephile

7 rue du Bourg Neuf, 84000 Avignon

Réservations : 04 90 03 01 90

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)
  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)
  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)