Actualité théâtrale

Du 5 au 27 juillet au Théâtre Artéphile à Avignon

« 107 ans »

Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui, peut-être par peur de cet amour fou, l’a un jour laissé avec sa mobylette, pour s’intéresser à un autre garçon un peu plus vieux, un peu plus sage, qui lui proposait de l’emmener en bateau. Jusqu’où peut-on aller par amour ? Le temps peut-il guérir la douleur de la rupture quand on est prêt dédier à cet amour sa vie entière, à aller jusqu’au bout de la souffrance, à se faire mal physiquement pour ne plus avoir le mal d’aimer sans espoir.

Théâtre : 107 ans

Diastème, écrivain, metteur en scène de théâtre et de cinéma, auteur de scénarios pour Christophe Honoré et Antoine de Caunes a écrit ce texte bouleversant. La pièce est construite comme un retour sur les souvenirs de Simon, sur ce plongeon dans la souffrance et la folie. Chacun y trouve le souvenir de son premier grand chagrin d’amour, les ruses déployées pour tenter d’apercevoir l’aimé(e), de l’entendre, même si c’est au travers d’une boîte vocale, les bassesses auxquelles on est prêts pour la ramener. Mais Simon va plus loin. Simon veut avoir Lucie dans la peau au sens propre et il sombre. Diastème trouve les mots qui touchent juste « Crache-moi dessus ! Taillade-moi les veines, le cou, les cuisses, les bras ! Mais pense à moi. Surtout, juste, pense à moi ». Pour autant le texte reste sur le fil du rasoir et ne s’abîme pas dans la noirceur. On est triste, on a peur pour Simon, mais on sourit aussi car il y a de l’humour dans sa rage.

La mise en scène de Adrienne Ollé et la scénographie de Suzanne Barbaud ont joué sur ces passages du drame à l’humour et à la digression. Des sources lumineuses apparaissent et viennent peupler la scène. L’acteur les fait descendre des cintres, les balance rageusement. La lumière augmente peu à peu conduisant Simon vers la vie sans que cet amour ne s’efface jamais car il le définit.

Simon Fraud est Simon. Il dit son désespoir, sa rage, son humour aussi. Il est le médecin de l’hôpital psychiatrique, « la petite » qui se meurt d’anorexie sans savoir pourquoi, tandis que Simon lui sait qu’il « est passé si près du bonheur ». Il est bouleversant dans ce texte qui s’accroche à la peau et brise le cœur.

Micheline Rousselet

Du 5 au 27 juillet à 18h25

Théâtre Artephile

7 rue du Bourg Neuf, 84000 Avignon

Réservations : 04 90 03 01 90

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)