Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Philippe Godeau (France)

"11.6" Sortie en salles le 3 avril 2013

Toni Musulin est convoyeur de fonds. Il travaille pour la même société depuis dix ans. C’est un employé ponctuel, efficace, discret, un bon camarade, à l’occasion farceur et drôle.

Il vit avec Marion qui tient un bistrot de quartier et il aime bien se mêler à la clientèle populaire de l’établissement. Il s’est lié d’amitié avec Arnaud, son coéquipier et rien, dans la vie de Toni ne se profile, qui pourrait venir menacer ce tracé de vie toute simple.

Pourtant, le jour où il fait l’acquisition d’une Ferrari qu’il paie une fortune, son personnage se brouille, puis s’opacifie.

Est-ce la montagne qui l’attire ou une guide qu’il a rencontrée par hasard dont le souvenir lui trotte dans la tête ? Son attitude devient énigmatique quand il fait en sorte d’éloigner de lui toutes les personnes qui lui étaient proches.

Un jour que le fourgon qu’il conduit transporte 11,6 millions d’ euros, il fausse compagnie à ses co-convoyeurs, transborde le magot dans une camionnette de location qu’il entrepose dans un parking dans lequel on l’a vu construire un double mur.

L’opacité du personnage de Toni Musulin sur laquelle les scénaristes ont construit l’histoire est traitée de façon virtuose. S’ajoute à cela l’interprétation magnifiquement maîtrisée de François Cluzet (qui n’a jamais été aussi juste depuis " A l’origine" de Xavier Giannoli).

Toni Musulin, sous ses airs d’homme simple, capable d’avaler les couleuvres que lui imposent ses chefs, est en réalité un manipulateur, un conspirateur solitaire peu scrupuleux, qui dresse avec une précision d’horloger un plan machiavélique dans lequel il fait passer à la trappe ses amitiés et tout ce sur quoi reposait son existence.

Longtemps, Philippe Godeau exploite le mystère autour du personnage et s’il parvient à créer un suspense souterrain efficace, il prend le risque, faute d’action et de relance de l’histoire, de lasser. Ce qui, finalement, n’arrive pas.

Lorsque Toni Musulin met son projet à exécution et qu’il se révèle vraiment, le récit reprend de la couleur et rien ne manque dès lors, ni l’émotion, ni l’humour, ni la poésie du personnage.

Toni Musulin gardera le secret à propos de l’argent manquant. Il a été condamné à trois ans de prison assortis de deux autres années pour escroquerie à l’assurance, mais tout laisse à penser que le mensonge faisait partie de sa stratégie.

François Cluzet excelle dans les rôles dont les personnages sont du domaine du fait divers. Mais surtout, on le retrouve magnifique comédien quand il joue seul et non pas en duo comme dans " Intouchables" ou dans le redoutable "Do not disturb"

C’est toujours agréable de retrouver un comédien qu’on aime bien face à une belle partition où il excelle.

Les personnages secondaires sont, par contre, un peu trop attendus, mais comme ils sont interprétés par Corinne Masiero ("Louise Wimmer") ou Bouli Lanners, le plaisir reste entier.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)
  • « Rencontrer mon père »
    Aujourd’hui Alassane Diago, est devenu un adulte, réalisateur de films. Il décide d’aller à la rencontre de son père qui les a abandonnés, sa mère et lui, sans avoir crié gare, les laissant subitement... Lire la suite (15 février)