Actualité théâtrale

au Théâtre Montmartre Galabru

« 17 fois Maximilien » Jusqu’à fin juin, le mardi à 20 heures

En une heure, nous suivons dix-sept fois chez son psychanalyste, Maximilien, un comédien -non pardon un acteur, il y tient -, qui se demande ce qu’il fait là. C’est à une analyse, délirante a priori, que nous sommes conviés. Maximilien se demande « qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? ». Il apparaît d’abord comme totalement extraverti, jouant son rôle d’acteur pressé qui vient là pour faire comme tout le monde, un homme au courant, pour qui les théories et les pratiques psy n’ont aucun secret. Puis peu à peu au fil des séances, un autre se révèle, qui ose discrètement évoquer ses doutes et ses peurs.
Sur scène, un fauteuil indien assez kitsch qui remplace le divan, et des étagères où apparaissent quelques objets, une peluche, un cadre avec une photo, un vase rempli de fleurs en tissu. Une sonnette musicale indique la fin des séances et permet de scander les sorties de Maximilien après chaque séance. Nikola Parienty, seul en scène, est Maximilien. Il est d’abord un personnage apparemment sûr de lui, qui veut mener le jeu et assène à son psy « Je décide des sujets, du début et de la fin des séances et je dois dire ce qui ne va pas, mais alors à quoi servez-vous ? » ou lui demande « Vous n’avez pas un questionnaire-type ? ». Il crie, vitupère, « oublie de venir ». On craint un peu la monotonie, en dépit de l’ironie mordante du texte, mais Nikola Parienty arrive habilement à glisser vers un autre Maximilien, qui avoue « L’homme de mots que je suis ne sait plus du tout ce qu’il raconte ». Le texte du Canadien, Richard Charest, par ailleurs parolier compositeur et chanteur, est percutant, drôle jusqu’à l’absurde parfois, et Nikola Parienty le sert avec une présence qui s’impose sur scène. Son regard et sa voix lui permettent de passer d’un Maximilien brutal et dominateur au point d’en être insupportable, au Maximilien plus lumineux et charmeur de la fin.
Micheline Rousselet

Les mardi à 20h.
Théâtre Montmartre Galabru
4 rue de l’Armée d’Orient (face au 53 rue Lepic). 75 018 Paris.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) :
01 42 23 15 85

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)
  • « Cassavetes »
    Des années 60 aux années 80, le cinéma de John Cassavetes a marqué une empreinte durable sur les écrans. D’abord parce qu’il s’agissait d’un cinéma indépendant des grands studios, car comme le disait... Lire la suite (1er novembre)