Actualité théâtrale

Théâtre de l’Est Parisien, jusqu’au 19 décembre

"2084, un futur plein d’avenir" de Philippe Dorin /Compagnie Flash Marionnettes - Mise en scène et musique Ismaïl Safwan

Sont-ce les deux larrons qui suivent inlassablement un troisième personnage ou ce troisième personnage qui ne cesse de précéder les deux autres ?
Dans "2084, un futur plein d’avenir", quand quelqu’un veut s’isoler ne fut-ce que pour prendre un casse-croûte, il est rappelé à l’ordre par ses congénères qui lui signifient qu’un tel projet est extravagant et contraire à la règle.
Et un robot qui aurait l’audace de se singulariser serait sur le champ envoyé au crash test par un de ses collègues.
Contre ces abus de pouvoir, les tentatives d’uniformisation, il reste encore le rire mais la lutte est inégale. Une tentative de révolution tournera court et même les comédiens-marionnettistes, quand ils osent sortir de l’ombre pour danser un tango ou discuter avec les marionnettes se voient congédiés par elles-mêmes… Grâce à la puce électronique, Manipulator, qui les commande, elles sont devenues autonomes et ont perdu leur "humanité".

Depuis sa création en 1981, la Compagnie Flash Marionnettes n’a cessé de renouveler le genre d’une expression théâtrale déjà en pleine évolution.
"2084, un futur plein d’avenir" montre jusqu’où peut aller l’inventivité dans ce domaine et à quel point, le spectacle de marionnettes peut tout autant que le théâtre traditionnel, être porteur de messages et dénoncer les dérives de notre "modernité".
On peut assister à ce spectacle à partir de 9 ans mais tout le monde sera gagnant à le voir.
Une réussite.
Francis Dubois

Théâtre de l’Est Parisien
159 avenue Gambetta 75 020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 64 80 80
www.theatre-estparisien.net

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)