Actualité théâtrale

Jusqu’au 15 décembre au Théâtre de La Commune d’Aubervillers

« 3 Folles Journées » ou la Trilogie de Beaumarchais

Sophie Le Carpentier et Frédéric Cherboeuf ont eu l’idée d’adapter la Trilogie de Beaumarchais - Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro et La Mère coupable - pour la présenter en un seul spectacle. Beaumarchais avait ouvert la voie en écrivant : « j’approuve l’idée de présenter en trois séances consécutives tout le roman de la famille Almaviva, dont les deux premières époques ne semblent, dans leur gaîté légère, offrir de rapport bien sensible avec la profonde et touchante moralité de la dernière, mais elles ont dans le plan de l’auteur, une connexion intime. »

© Grange

Au vu de la taille des trois oeuvres il fallait les adapter, en taillant dans les scènes sans altérer le propos et la philosophie de l’ensemble, pour qu’elles tiennent en un spectacle de deux heures trente. Sophie Le Carpentier et Frédéric Cherboeuf ont choisi de présenter le portrait d’une génération d’hommes et de femmes de la gaîté et de la légèreté de la jeunesse (Le Barbier de Séville) aux désillusions et à l’acceptation plus grave des sentiments propres à la vieillesse (La Mère coupable) en passant par les contradictions de l’âge adulte (Le mariage de Figaro). Ils ont aussi choisi d’insister sur ce qui fait le génie de Beaumarchais et sa modernité, pas seulement l’exaltation de la jeunesse, de l’amour et du désir, mais aussi sa dénonciation des inégalités, du sort fait aux femmes, sa défense de la liberté et son admiration pour la façon dont ces femmes et ces serviteurs se tirent, avec finesse et esprit, des situations périlleuses où veulent les enfermer leurs maîtres.

Parfois on se plaît à regretter un peu de n’avoir pas tout le texte, de n’avoir pas la totalité des critiques que fait Beaumarchais de son temps, pas si éloigné du nôtre, et de ne pas jouir pleinement de la langue et des traits d’esprit qui se répondent en tirs croisés. Mais, en contrepartie, on a un éclairage différent. On voit évoluer de la jeunesse à la vieillesse Almaviva, la Comtesse, Suzanne et Figaro. Habilement la pièce s’ouvre sur un extrait de La Mère coupable, ce qui nous permet de partir en un long flash-back vers Le Barbier de Séville et Le mariage de Figaro, avant de revenir en point d’orgue sur La Mère coupable. Ce dernier texte est beaucoup moins représenté que les deux premiers volets de la trilogie. Pourtant Beaumarchais écrit à son sujet « mes deux comédies espagnoles ne furent faites que pour le préparer ». Cette présentation donne à l’ensemble une tonalité différente, on glisse de la comédie vers une vision plus crépusculaire. On s’intéresse à d’autres thèmes présents dans la trilogie. Sophie Le Carpentier écrit d’ailleurs à ce propos : « Nous avons tenté de montrer comment, en près de 25 ans (un quart de siècle !), le désir, les sentiments, la fidélité à ses engagements (qu’ils soient politiques ou amoureux), la vigilance, la résistance, la gaîté ( au sens fort que lui donne le XVIIIe siècle) sont tour à tour bousculés, abîmés, parfois étouffés par le vieillissement ».

La mise en scène fait aussi la part belle à la musique. Des chansons de Beaumarchais ont été mises en musique par Bertrand Belin et sont interprétées par Figaro (Frédéric Cherboeuf ) accompagnant ses prises de parole et ses émotions. Le décor léger permet de maintenir un rythme rapide et de préserver les élans des personnages au gré de leurs désirs, des petites trahisons, des secrets plus ou moins bien gardés, des intrigues, des amours et des désamours. Les costumes noirs et austères de La Mère coupable tranchent avec la couleur et les décolletés des deux comédies. Les acteurs s’adaptent avec talent à la richesse des variations de style, au rythme rapide et percutant de la langue de Beaumarchais.

Ce spectacle nous permet de retrouver le mouvement, l’insolence, l’esprit, la recherche d’un monde meilleur, toutes ces qualités qui font de Beaumarchais un auteur admirable.

Micheline Rousselet

Mardi et jeudi à 19h30, mercredi, vendredi et samedi à 20h30, dimanche à 16h.

Théâtre de la Commune
2 rue Edouard Poisson, 93304 Aubervilliers

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)