Actualité théâtrale

Á partir du 1er octobre à La Pépinière Théâtre

« 30/40 Livingstone »

Sous ce titre a priori étrange se cache un duo entre un homme mal dans sa peau, qui veut tout arrêter pour CHERCHER, et un homme à tête de cerf muet et craintif. Écrit et mis en scène par deux amis espagnols, Sergi López, bien connu pour ses rôles au cinéma, comme dans Harry, un ami qui vous veut du bien, mais qui avait commencé sa carrière au théâtre, et Jorge Picó. Sous l’absurde apparent de la situation, le monologue intérieur de Sergi López se révèle plus sensé qu’il n’y paraît. Il cherche (comme Livingstone !), mais quoi ? Il lui faut d’abord rompre avec le train-train familial pour gagner sa liberté et chercher, sa vocation depuis la cour de récréation. Employé de bureau, il veut sortir du vide intérieur et se débarrasser du tipex, des crayons rechargeables pour lesquels on n’a jamais la mine à la bonne taille, symboles de toutes ces petites choses matérielles inutiles. Il part pour chercher et on le suit !
Théâtre : 30/40 Livingstone

Dans ce duo délirant, il y a Jorge Picó, bois dressés sur la tête, qui s’enfuit avec grâce comme un cerf apeuré, se transforme en indigène lubrique que Sergi López tente de « civiliser » en le réprimandant ou en joueur de tennis au service redoutable, la tête toujours ornée de ses bois. Face à lui Sergi López nous ensorcelle avec son accent catalan et sa volubilité. Il se livre sans compter, joue de son physique rondouillard, tâte son ventre, le gonfle ou le rétracte, enlève son tee-shirt, le remet, se moque de sa couardise, s’énerve et se met en colère ou s’efforce de danser comme son partenaire. Il compense le mutisme de son partenaire en parlant pour deux, se moquant au passage de quelques petits travers espagnols. Il s’éclate en arbitre de match de tennis et se lance dans une description mordante du village VIP des grands tournois de tennis et de ceux qui les fréquentent. Même si la fin apporte une note de cruauté, on reste dans la dérision et on rit encore !
C’est à une heure de rire et de plaisir garantis qu’il nous invite. Un vrai bonheur !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h
La Pépinière Théâtre
7 rue Louis-Le-Grand, 75002 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 61 44 16

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)