Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Alexis Lloyd (USA-France)

"30 beats" Sortie en salles le 21 mars 2012

Alors que la canicule plombe New-York, dix personnages se trouvent engagés dans une ronde des amours.

S’inspirant de " La Ronde" , une pièce de Schnitzer qui fut adaptée au cinéma par Max Ophuls puis par Roger Vadim, Alexis Lloyd a aligné quelques courtes histoires à l’issue desquelles le premier personnage à apparaître dans le film viendra clore la ronde sans qu’il se soit passé grand-chose sur l’écran.

Une jeune fille a choisi celui qui lui fera perdre sa virginité. Une prostituée de luxe au moment de se reconvertir, va accepter de reprendre "du service" pour dépuceler un beau jeune homme qui ne saura jamais que c’était une commande. Une standardiste qui se défile à un rendez-vous auquel elle envoie une amie, sera trahie par le timbre de sa voix…

Il aurait fallu une inventivité qui manque terriblement au travail d’Alexis Lloyd pour que ce film construit en boucle, sorte du ronronnement où il somnole.

Il aurait peut-être aussi fallu ne pas perdre de vue la canicule, l’atmosphère poisseuse, orageuse, pour que les personnages en soient imprégnés et que se justifie la nonchalance de leur jeu.

Mais cette canicule qu’on annonce en début de récit, reste au bout d’un moment, au bord du chemin. On semble l’avoir oubliée et plus rien, ni dans les tenues vestimentaires, ni dans la sueur qu’on ne voit jamais perler sur les fronts, ne permet qu’on la décèle.

Or, si elle avait été utilisée, la forte chaleur aurait pu être un élément déterminant pour le récit, pour les ambiances et les scènes d’intimité.

On ne reprochera pas à " 30 beats" d’être d’une grande pudeur mais à force de couper de façon systématique les scènes d’amour au moment où elles s’annoncent, l’idée finit par faire procédé.

L’intérêt du film réside peut-être dans le vague parfum "années soixante-dix" qui y flotte et qui distille ici et là, un certain charme.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Édith en chemin vers son rêve »
    A 83 ans, Édith Moore (Edie) est une femme qui, regardant en arrière, a soudain le sentiment d’avoir raté sa vie. Quand, à la mort de son mari, infirme depuis des décennies et auquel elle était toute... Lire la suite (14 septembre)
  • « Nous le peuple »
    Un groupe de taulards de Fleury-Mérogis, un autre regroupant des femmes d’un collectif de Villeneuve-Saint-Georges, un groupe de lycéens de 1ére ES de Sarcelles ont en commun le projet un peu fou... Lire la suite (14 septembre)
  • « Tu mérites un amour »
    Lila est folle amoureuse de Rémi, un garçon séduisant mais volage dont elle a découvert récemment l’infidélité. Elle est déterminée à défendre son amour en perdition et à éliminer sa rivale du moment. Elle... Lire la suite (9 septembre)
  • « L’insensible »
    Sa mère a abandonné Denis quand il venait de naître. Il a grandi dans un orphelinat où on a décelé l’étrange maladie dont il est atteint et dont la particularité est de l’avoir rendu insensible à la... Lire la suite (9 septembre)
  • « Une joie secrète »
    La chorégraphe Nadia Vadori-Gauthier a été très éprouvée par l’attentat à Charlie Hebdo et depuis 2015, elle a décidé comme une revanche, comme un acte de vie, de danser chaque jour pendant une minute dans... Lire la suite (8 septembre)