Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jonas Carpignano (Italie-États-Unis-France-Suède)

« A Ciambra » Sortie en salles le 20 septembre 2017.

A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie.

Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et maîtrise très bien l’art des petites arnaques de la rue. Le jour où son père et son frère Cosimo sont envoyés en prison, Pio va devoir prendre la place vacante.

Mais le rôle va s’avérer trop grand pour lui et il va très vite se trouver dépassé et devoir faire des choix difficiles...

Comme dans son film précédent, «  Méditerranea » dont le récit suivait deux immigrés africains à leur arrivée en Italie après une traversée épuisante, Jonas Carpignano situe l’action de «  A Ciambra  » à Gioia Tauro, une petite ville de Calabre où les communautés roms sont importantes.

Cinéma : A Ciambra

Le film est né dans des conditions particulières : alors qu’il tournait un court métrage à la Ciambra, le réalisateur n’a plus retrouvé sa voiture qui contenait tout son matériel de tournage. Dans cette région lorsqu’une voiture disparaît, le mieux à faire est de s’adresser à la communauté rom.

C’est à cette occasion que Jonas Carpignano a rencontré la famille Amato et parmi elle, le jeune Pio.

Pio Amato était déjà dans « Médierranea  » et à la suite de ce tournage, le réalisateur sensible à la personnalité du garçon et à ses qualités de comédien, a eu très vite le projet d’écrire une histoire sur lui et sur sa famille, à partir d’un scénario dont il serait le personnage central.

Si la famille dans sa totalité devait être dans le récit, il s’agissait d’adapter les techniques de tournage à la spontanéité des acteurs improvisés mais aussi de savoir garder le rythme naturel du lieu.

Grâce à la dynamique d’un tournage émaillé de surprises, à l’implication de la famille Amato dans son intégralité, prise au jeu du cinéma, le film allait bénéficier d’une ambiance naturelle.

Le vrai climat de confiance qui s’est installé entre l’équipe de tournage et la communauté rom a fait le reste.

Le personnage de Pio, qui devait se situer dans la position inconfortable du garçon trop jeune pour intégrer le monde des adultes et trop âgé et trop mûr pour être associé aux jeunes de la communauté et qui avait la lourde responsabilité du rôle principal, avait à assumer la partition la plus lourde et la plus délicate.

Or, la maturité du garçon et ses talents faisaient qu’il pouvait évoluer entre les différentes strates du monde parce qu’aucun univers ne lui était vraiment étranger.

Il a vécu dans une région où se côtoient africains, bulgares, roumains et l’univers qui se dégage de ce mélange faisait qu’à Gioia Tauro, le monde extérieur semble très abstrait par rapport à ce qui se passe sur place. Et c’est sur cette particularité d’atmosphère que le film mêle l’abstraction d’un passé imaginé au réalisme dominant.

Martin Scorsese, la Maison de production RT Teatures et Sikélia qui ont créé un fonds de soutien à des premiers ou seconds films, ayant été séduits par « Méditerranea », ont participé à la production de «  A C iambra »...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)