Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 février au Théâtre de l’Aquarium, partenaire Réduc’Snes

« Á demain » Pièce écrite et mise en scène par Pascale Henry

Dans la pénombre, dans un espace noir cerné d’une ligne blanche, un homme est assis sur une chaise, prostré, tournant le dos à la salle. Face à lui, séparé de lui par une ligne peinte de pointillés blancs, une femme l’interroge, lui demande s’il a mal. On pense à un médecin, à une psychologue. L’homme répond non puis ne répond plus. La femme insiste, menace insidieusement. Puis l’homme devient violent, insulte la femme et c’est elle qui a peur. La tension s’installe. Où est-on ? S’agit-il d’un homme blessé à la guerre, est-on dans un commissariat, dans un asile ? La femme se trouve ensuite devant sa supérieure hiérarchique qui l’interroge, la presse de rendre rapidement ses conclusions, la harcèle, la pousse à bout. Elle-même est au comble du stress quand son supérieur lui parle au téléphone. L’homme semble surtout être l’enjeu d’une décision à prendre : que faut-il faire de lui ? Mais à la fin de la pièce, il n’y a plus de pointillé qui délimite les espaces, l’homme a occupé tout l’espace.

La pièce écrite et mise en scène par Pascale Henry aborde de façon subtile des sujets très contemporains : la soumission à l’autorité, la peur face aux supérieurs hiérarchiques, la capacité à résister aux exigences professionnelles et à faire preuve d’empathie, l’idéologie qui tend à faire passer pour des désordres que l’on doit résoudre, les effets des violences subies au travail. Ce n’est ni pédagogique, ni démonstratif. Les séquences s’enchaînent, comme au cinéma, dans une demi-pénombre. Un bureau avec un téléphone marque la place du supérieur hiérarchique, face à lui une chaise. La tension est toujours palpable, exacerbée par des bruits de machines, des sifflements, des talons qui résonnent dans les couloirs. On a l’impression d’être sur une corde raide, dans la situation de celui qui ne comprend pas tout et se trouve emporté. Trois acteurs portent le texte tout en finesse. Il faut surtout saluer Marie-Sohna Condé qui passe, sans que rien ne soit jamais souligné, d’une situation à l’autre et fait évoluer tout en douceur son personnage.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h

Théâtre de l’Aquarium

La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre

75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 74 99 61

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)