Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 février au Théâtre de l’Aquarium, partenaire Réduc’Snes

« Á demain » Pièce écrite et mise en scène par Pascale Henry

Dans la pénombre, dans un espace noir cerné d’une ligne blanche, un homme est assis sur une chaise, prostré, tournant le dos à la salle. Face à lui, séparé de lui par une ligne peinte de pointillés blancs, une femme l’interroge, lui demande s’il a mal. On pense à un médecin, à une psychologue. L’homme répond non puis ne répond plus. La femme insiste, menace insidieusement. Puis l’homme devient violent, insulte la femme et c’est elle qui a peur. La tension s’installe. Où est-on ? S’agit-il d’un homme blessé à la guerre, est-on dans un commissariat, dans un asile ? La femme se trouve ensuite devant sa supérieure hiérarchique qui l’interroge, la presse de rendre rapidement ses conclusions, la harcèle, la pousse à bout. Elle-même est au comble du stress quand son supérieur lui parle au téléphone. L’homme semble surtout être l’enjeu d’une décision à prendre : que faut-il faire de lui ? Mais à la fin de la pièce, il n’y a plus de pointillé qui délimite les espaces, l’homme a occupé tout l’espace.

La pièce écrite et mise en scène par Pascale Henry aborde de façon subtile des sujets très contemporains : la soumission à l’autorité, la peur face aux supérieurs hiérarchiques, la capacité à résister aux exigences professionnelles et à faire preuve d’empathie, l’idéologie qui tend à faire passer pour des désordres que l’on doit résoudre, les effets des violences subies au travail. Ce n’est ni pédagogique, ni démonstratif. Les séquences s’enchaînent, comme au cinéma, dans une demi-pénombre. Un bureau avec un téléphone marque la place du supérieur hiérarchique, face à lui une chaise. La tension est toujours palpable, exacerbée par des bruits de machines, des sifflements, des talons qui résonnent dans les couloirs. On a l’impression d’être sur une corde raide, dans la situation de celui qui ne comprend pas tout et se trouve emporté. Trois acteurs portent le texte tout en finesse. Il faut surtout saluer Marie-Sohna Condé qui passe, sans que rien ne soit jamais souligné, d’une situation à l’autre et fait évoluer tout en douceur son personnage.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h

Théâtre de l’Aquarium

La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre

75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 74 99 61

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)