Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Xavier Giannoli (France)

"A l’origine" Sortie en salles le 11 novembre

Philippe Miller est un escroc. Sous des identités d’emprunt, il se fait prêter du matériel qu’il revend avant de disparaître. C’est au cours des errances que lui impose son "commerce" qu’il découvre un chantier d’autoroute abandonné depuis deux ans et dont l’arrêt a plongé toute une bourgade dans une catastrophe économique. Il apparaît dans la petite ville et se présente comme le conducteur de travaux envoyé par une entreprise de construction d’autoroutes pour une probable reprise du chantier.
Il est accueilli à bras ouverts par les élus et par la population. La confiance renaît au sein de la petite ville sinistrée…
Philippe Miller n’a plus le choix. Poussé par l’espoir qu’on met en lui, il se lance dans une escroquerie d’envergure : la construction d’un tronçon d’autoroute. Les entreprises de la région lui font toutes sortes de facilités et il se retrouve face à une réalisation pour laquelle il n’a aucune formation. Il se forge un personnage d’homme taciturne, économe de ses mots pour se protéger. Cependant, malgré le caractère bougon qu’il affiche, il ne pourra éviter que ne se tissent des liens avec Stephane, une jeune veuve qui a succédé à son mari à la mairie de la ville, Monika, une serveuse de restaurant et Nicolas que le chômage réduit à la petite délinquance…
Philippe Miller sait, et le spectateur avec lui, qu’à tout instant, la supercherie peut être découverte et Xavier Giannoli construit à partir de là un suspens à peine perceptible mais constant que vient sans cesse brouiller l’émotion qui se dégage de la lente dérive du personnage. Son aveuglement, son inconscience et sa détermination à atteindre son objectif provoquent la sympathie au delà de la supercherie. Cet homme sans véritable envergure devient émouvant quand, avec le peu de moyens dont il dispose, il doit improviser pour faire face à des situations qui le submergent. Les liens qu’il a noués avec des habitants de la ville, les risques qu’il court à vouloir mener son projet jusqu’au bout, les menaces d’un ancien receleur devraient l’amener à fuir, mais les obstacles incessants, l’étau qui se resserre, toutes les menaces qui le guettent ne le font pas démordre.
Même s’il est inspiré d’une histoire vraie, porter un tel sujet à l’écran était périlleux. Le risque de l’invraisemblance menaçait sans cesse le récit filmique. Xavier Giannoli se tire d’affaire avec maestria. Tout ici sonne juste. Il a trouvé en François Cluzet l’interprète parfait qui compose un personnage en perpétuel déséquilibre, aussi vulnérable qu’audacieux. Les personnages secondaires sont très bien dessinés. Belle construction dramatique et la peinture d’une bourgade de province a rarement atteint autant de justesse au cinéma.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)