Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 25 octobre

"A la mémoire d’Ann Politkovskaïa" Texte et mise en scène de Lars Norén

La collaboration entre le Théâtre Nanterre-Amandiers et Lars Norén tenait jusque là à des mises en scène que Jean-Louis Martinelli faisait de textes de l’auteur suédois. On se souvient de « Catégorie 3.1 », de « Kliniken » et de « Détails » joué la saison dernière. Cette fois-ci, Lars Norén met lui-même en scène ce texte dont il est l’auteur. Le titre de la pièce est un hommage à la journaliste russe Anna Politkovskaïa, assassinée, et qui dénonça dans plusieurs ouvrages non seulement la situation en Tchétchénie mais également le cynisme de Poutine.
Les personnages qui habitent « A la mémoire d’Anna Politkoskaïa » ont connu la guerre et survivent dans un univers totalement détruit où personne ne possédant plus rien n’a plus rien à perdre…
Le souci de survie fait qu’on va au plus pressé et que toute valeur morale a disparu. L’alcool et la drogue ont gagné du terrain. Ils représentent un refuge, une solution dérisoire aux difficultés qui se multiplient et submergent. Les enfants de jeunes adultes qui avaient eux-mêmes perdu les valeurs de la société sont prêts à tout pour se procurer les moyens de subsister et d’échapper à leur détresse. Il ont grandi dans un univers où la famille n’est plus un repère, où les sentiments filiaux se sont volatilisés. Le ton de la pièce de Lars Norén ne nous laisse pas le choix. Il nous met le nez sur une situation qui n’appartient pas à la fiction, où des êtres, broyés par des motivations politiques, vivent dans un dénuement tel qu’il se retrouvent privés d’humanité. Sa mise en scène est sans concession. Elle est rugueuse en anguleuse et laisse au spectateur toute latitude pour combler les blancs que laissent les ellipses de la narration.
Lars Norén est né à Stockholm en 1944. Sa première œuvre parue, en 1963, est un recueil de poésie. Après s’être imposé comme poète, il écrit en 1970, « Les apiculteurs » un roman très remarqué par la critique. En 1973, il publie sa première pièce, « Le lécheur du souverain » mais, c’est avec « La force de tuer » en 1979 que commence vraiment sa carrière d’auteur dramatique. Dans un premier temps il s’attache surtout au thème de l’univers familial avec déviations sexuelles, tyrannie des parents, révolte des enfants. Avec Catégorie 3, il passe à un autre registre. Son théâtre se fait plus politique.
Lars Norén est, depuis 1999, directeur artistique du Riks Drama au Riksteatern.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7, avenue Pablo-Picasso 92 022 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 ou www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)