Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 25 octobre

"A la mémoire d’Ann Politkovskaïa" Texte et mise en scène de Lars Norén

La collaboration entre le Théâtre Nanterre-Amandiers et Lars Norén tenait jusque là à des mises en scène que Jean-Louis Martinelli faisait de textes de l’auteur suédois. On se souvient de « Catégorie 3.1 », de « Kliniken » et de « Détails » joué la saison dernière. Cette fois-ci, Lars Norén met lui-même en scène ce texte dont il est l’auteur. Le titre de la pièce est un hommage à la journaliste russe Anna Politkovskaïa, assassinée, et qui dénonça dans plusieurs ouvrages non seulement la situation en Tchétchénie mais également le cynisme de Poutine.
Les personnages qui habitent « A la mémoire d’Anna Politkoskaïa » ont connu la guerre et survivent dans un univers totalement détruit où personne ne possédant plus rien n’a plus rien à perdre…
Le souci de survie fait qu’on va au plus pressé et que toute valeur morale a disparu. L’alcool et la drogue ont gagné du terrain. Ils représentent un refuge, une solution dérisoire aux difficultés qui se multiplient et submergent. Les enfants de jeunes adultes qui avaient eux-mêmes perdu les valeurs de la société sont prêts à tout pour se procurer les moyens de subsister et d’échapper à leur détresse. Il ont grandi dans un univers où la famille n’est plus un repère, où les sentiments filiaux se sont volatilisés. Le ton de la pièce de Lars Norén ne nous laisse pas le choix. Il nous met le nez sur une situation qui n’appartient pas à la fiction, où des êtres, broyés par des motivations politiques, vivent dans un dénuement tel qu’il se retrouvent privés d’humanité. Sa mise en scène est sans concession. Elle est rugueuse en anguleuse et laisse au spectateur toute latitude pour combler les blancs que laissent les ellipses de la narration.
Lars Norén est né à Stockholm en 1944. Sa première œuvre parue, en 1963, est un recueil de poésie. Après s’être imposé comme poète, il écrit en 1970, « Les apiculteurs » un roman très remarqué par la critique. En 1973, il publie sa première pièce, « Le lécheur du souverain » mais, c’est avec « La force de tuer » en 1979 que commence vraiment sa carrière d’auteur dramatique. Dans un premier temps il s’attache surtout au thème de l’univers familial avec déviations sexuelles, tyrannie des parents, révolte des enfants. Avec Catégorie 3, il passe à un autre registre. Son théâtre se fait plus politique.
Lars Norén est, depuis 1999, directeur artistique du Riks Drama au Riksteatern.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7, avenue Pablo-Picasso 92 022 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 ou www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Le commencement du bonheur"
    Giacomo Léopardi a écrit en 1824 des petites pièces philosophiques, Operette morali, une œuvre tonique, brève et subversive, à contre courant des gesticulations et prétentions stériles d’un genre... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Phèdre" de Sénèque
    Sénèque aurait écrit 9 tragédies, toutes inspirées de légendes grecques, dont Agamemnon, Hercule furieux, Hercule sur l’Oeta, Œdipe, Médée –qui est au programme des Amandiers en fin de saison, et que met en... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Nathan Le Sage" de Lessing
    Jérusalem, 1187. Le nouveau maître de la ville, le sultan Saladin, en ce temps de Croisades appelle au respect de la foi musulmans, juifs et chrétiens. Les Templiers qui tuent en invoquant Dieu... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Sept secondes/ In god we trust" de Falk Richter
    Un pilote de l’armée américaine est suivi dans son quotidien, lequel consiste pour l’essentiel à larguer des bombes sur l’Irak. Il agit avec la concentration et l’application d’un enfant devant ses... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Anagrammes pour Faust"
    Certains objets de notre quotidien aspirent comme certains humains à la vie éternelle. C’est le postulat de départ de la pièce. Ce souhait d’éternité nous renvoie à Faust qui, pour ce pouvoir, vendit son... Lire la suite (Mars 2008)