Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 25 octobre

"A la mémoire d’Ann Politkovskaïa" Texte et mise en scène de Lars Norén

La collaboration entre le Théâtre Nanterre-Amandiers et Lars Norén tenait jusque là à des mises en scène que Jean-Louis Martinelli faisait de textes de l’auteur suédois. On se souvient de « Catégorie 3.1 », de « Kliniken » et de « Détails » joué la saison dernière. Cette fois-ci, Lars Norén met lui-même en scène ce texte dont il est l’auteur. Le titre de la pièce est un hommage à la journaliste russe Anna Politkovskaïa, assassinée, et qui dénonça dans plusieurs ouvrages non seulement la situation en Tchétchénie mais également le cynisme de Poutine.
Les personnages qui habitent « A la mémoire d’Anna Politkoskaïa » ont connu la guerre et survivent dans un univers totalement détruit où personne ne possédant plus rien n’a plus rien à perdre…
Le souci de survie fait qu’on va au plus pressé et que toute valeur morale a disparu. L’alcool et la drogue ont gagné du terrain. Ils représentent un refuge, une solution dérisoire aux difficultés qui se multiplient et submergent. Les enfants de jeunes adultes qui avaient eux-mêmes perdu les valeurs de la société sont prêts à tout pour se procurer les moyens de subsister et d’échapper à leur détresse. Il ont grandi dans un univers où la famille n’est plus un repère, où les sentiments filiaux se sont volatilisés. Le ton de la pièce de Lars Norén ne nous laisse pas le choix. Il nous met le nez sur une situation qui n’appartient pas à la fiction, où des êtres, broyés par des motivations politiques, vivent dans un dénuement tel qu’il se retrouvent privés d’humanité. Sa mise en scène est sans concession. Elle est rugueuse en anguleuse et laisse au spectateur toute latitude pour combler les blancs que laissent les ellipses de la narration.
Lars Norén est né à Stockholm en 1944. Sa première œuvre parue, en 1963, est un recueil de poésie. Après s’être imposé comme poète, il écrit en 1970, « Les apiculteurs » un roman très remarqué par la critique. En 1973, il publie sa première pièce, « Le lécheur du souverain » mais, c’est avec « La force de tuer » en 1979 que commence vraiment sa carrière d’auteur dramatique. Dans un premier temps il s’attache surtout au thème de l’univers familial avec déviations sexuelles, tyrannie des parents, révolte des enfants. Avec Catégorie 3, il passe à un autre registre. Son théâtre se fait plus politique.
Lars Norén est, depuis 1999, directeur artistique du Riks Drama au Riksteatern.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7, avenue Pablo-Picasso 92 022 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00 ou www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)
  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)
  • « La lune en plein jour »
    La comédienne, autrice et metteuse en scène Marisa Tomé se penche sur son histoire, une histoire marquée par l’exil, celui de son arrière grand-mère juive polonaise ayant fui la Pologne pour un pays... Lire la suite (16 janvier)
  • « Rosa Luxemburg Kabarett »
    Pourquoi faire un portrait de la révolutionnaire mythique sauvagement assassinée en janvier 1919 par ces Corps Francs qui annonçaient les S.A et le nazisme à venir ? Parce que ses discours et ses... Lire la suite (14 janvier)
  • « Du ciel tombaient des animaux »
    Quatre dames d’un certain âge sont assises prenant le thé dans un jardin. Aux trois amies s’est jointe une femme, Mrs Jarrett, qui passait dans la rue et qu’elles ont invitée à les rejoindre. Elles... Lire la suite (13 janvier)