Actualité théâtrale

Jusqu’au 26 mai au Théâtre National de La Colline

« À la trace »

Donner naissance à un enfant n’implique pas forcément que la mère ou le père soit prêt à s’installer dans cette fonction. Comme le dit Françoise Héritier, la filiation est différente de la procréation. Le lien entre mère et fille est complexe. Une femme peut craindre de reproduire avec sa fille le lien de dépendance qu’elle a avec sa mère. Si elle n’arrive pas à couper ce lien c’est sa liberté d’assurer son indépendance en s’affirmant comme différente qu’elle met en cause, mais si elle le coupe vraiment c’est un sentiment de culpabilité qui la guette. Finalement qu’est-ce qu’être mère et toute femme est-elle prête à assurer ce rôle ?

Théâtre : A la trace

C’est cette problématique qui est au cœur du projet de la metteuse en scène Anne Théron. Elle en a confié l’écriture à Alexandra Badea pour qu’elle insuffle dans l’intime un regard où entrerait aussi une part de social et de politique, que cette auteure réussit toujours si subtilement. C’est dans un contexte où la mondialisation et les usages des moyens de communication moderne, internet et réseaux sociaux sont très présents, qu’Alexandra Badea va dérouler l’histoire, celle d’une jeune fille Clara, à la recherche de sa mère partie sans laisser de trace alors qu’elle n’était qu’un bébé. Elle a un nom, Anna Girardin. Au gré de sa quête Clara rencontre plusieurs Anna qui vont parler de la maternité, du lien à la mère, de la perte d’un enfant. Ces femmes peuvent cacher une partie de la vérité ou mentir pour protéger leur intimité ou se découvrir. Qu’a fui Anna ? Une mère qui ne vivait plus que pour elle, un homme, une enfant à qui elle craignait de transmettre ses névroses ? À un homme qui lui dit « tu fuis la vie Anna » elle réplique « Non je fuis ceux qui m’empêcheraient de la vivre ».

Narration et dialogues alternent sur le plateau où neuf cubes empilés en trois colonnes donnent à voir un salon, une chambre, un studio où évoluent trois générations de femmes incarnées par quatre comédiennes impeccables. Liza Blanchard, petit bonnet sur la tête incarne une Clara désemparée hantant les aéroports à la recherche de sa mère. Maryvonne Schiltz, sa grand-mère fait sienne la douleur de toutes les mères. Judith Henry se métamorphose, de façon convaincante par le seul jeu des attitudes, en quatre des Anna possibles. Nathalie Richard incarne Anna Girardin, une femme indépendante dont le caractère bien affirmé cache les doutes et les blessures. Sa voix laisse passer toutes les failles que cache Anna.

Dans cette quête des femmes une place devait aussi être faite aux hommes. À l’encontre de ce à quoi l’on pouvait s’attendre ils n’interviennent pas en tant que pères et ils ne sont pas sur le plateau. Ils sont à l’écran, dans de vrais films et Anna dialogue avec eux. Yannick Choirat, Alex Descas, Wajdi Mouawad et Laurent Poitrenaux sont ces hommes, qui ne sont pas réduits à des rencontres de hasard mais auxquels le film donne une véritable existence.

De ce très beau travail choral on sort bousculé et ému.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h30, le dimanche à 15h30

Théâtre National de la Colline

15 rue Malte-Brun, 75020 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)
  • « Cassavetes »
    Des années 60 aux années 80, le cinéma de John Cassavetes a marqué une empreinte durable sur les écrans. D’abord parce qu’il s’agissait d’un cinéma indépendant des grands studios, car comme le disait... Lire la suite (1er novembre)