Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Leyla Bouzid (France-Tunisie-Belgique-Emirats Arabes Unis).

"A peine j’ouvre les yeux" Sortie en salles le 23 décembre 2015.

Tunis au début de l’été 2010, quelques mois seulement avant la Révolution et la destitution de Ben Ali.

Farah réussit le baccalauréat avec la mention très bien.

Sa famille souhaite qu’elle entreprenne des études de médecine mais elle, qui caresse d’autres projets, souhaite s’inscrire en musicologie.

Car Farah est chanteuse dans un groupe rock engagé et c’est dans cette voie qu’elle veut poursuivre. Son copain dont elle est très amoureuse est aussi un musicien du groupe.

L’atmosphère des concerts aidant, Farah découvre l’amour exclusif, les charmes de la vie nocturne, la griserie de l’alcool.

Cinéma : A peine j'ouvre les yeux

Dans sa première demi-heure, le film est très prometteur.

Il dresse le portrait d’une jeunesse dont on devine qu’elle est prête à revendiquer une liberté que le pouvoir de Ben Ali cadenasse.

Les jeunes gens qui composent le groupe ont, pour certains d’entre eux, largement dépassé la vingtaine et Leyla Bouzid nous les montre comme des fervents du plaisir de vivre sans entraves, mais aussi comme des individus responsables qui prennent ce qu’ils entreprennent avec sérieux.

Bohrène qui est la fois le leader du groupe et le petit ami attitré de Farah apparaît comme un personnage charismatique et Farah, du haut de ses dix-huit ans, possède une forte personnalité.

Son caractère de fonceuse, au lieu de l’aider à se réaliser dans la voie qu’elle s’est choisie, va au contraire multiplier les obstacles et rendre difficile l’aboutissement de ses choix.

Les textes de ses chansons considérés comme contestataires par les hautes instances du pays lui coûteront ses élans de liberté et elle découvrira que le groupe de musique dont elle croyait à la sincérité était lui aussi pollué, que Bohrène dont l’amour et l’intégrité ne faisaient pas de doute, avait des faiblesses machistes.

C’est finalement auprès de sa mère dont elle contestait l’autorité, qu’elle trouvera refuge au moment où tout ce sur quoi elle n’avait aucun doute, s’est effondré.

Le film de Leyla Bouzid dont on ne peut contester la sincérité, la générosité, la justesse parfois, manque de rigueur narrative et laisse souvent la place, dans le déroulement du récit, à des incohérences dans les enchaînements et à une trop forte tendance à la démonstration.

On ne comprend pas bien pourquoi les chansons que chantent Farah deviennent tout à coup contestataires au point qu’elle est arrêtée, torturée, questionnée à propos de l’identité de leur auteur. On ne croit pas beaucoup à l’infiltration d’un indic à l’intérieur du groupe musical.

Le retour au bercail de la jeune fille blessée au plus profond d’elle-même et du même coup, l’hymne à la famille considérée comme la seule valeur authentique, donnent lieu à des scènes sirupeuses qui portent atteinte à tout ce que le film promettait de rugueux dans ses premières séquences.

Pourtant le film ne manque pas de qualités, notamment dans la justesse avec laquelle sont dessinés certains personnages, ceux des parents de Farah ou celui de la femme de ménage de la famille, celui de Farah au début du film.

La peinture des quartiers populaires de Tunis est intéressante et sans doute très juste ainsi que l’importance du pouvoir des femmes dans la société tunisienne.

A voir en dépit de ces réserves, comme une œuvre courageuse.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)