Éditos

À portée de main

L’opinion publique soutient majoritairement un mouvement de grève que le gouvernement et certains médias s’évertuent à présenter comme la simple défense d’intérêts corporatistes. En effet, les derniers sondages ne font pas le constat d’une baisse de popularité du mouvement social actuel mais pointent une opposition à la réforme des retraites de plus en plus majoritaire et des Français toujours plus nombreux à considérer l’exécutif comme responsable de la crise.
Celui-ci n’a pas ménagé ses efforts pour diviser, opposer les générations, les catégories de salariés, le public et le privé, martelant le chiffre de 42 régimes spéciaux, ce qui est un abus éhonté de langage. Or, cette communication ne passe pas. Probablement, parce que les Français savent ce qu’ils doivent à la Sécurité sociale, et ce que cela signifie de protections collectives. Ils savent aussi que les services publics garantissent l’intérêt général et ils sont attachés à la défense d’un régime de retraite solidaire par répartition fondant les pensions sur les revenus du travail. La valeur du point est un instrument pratique d’ajustement du niveau des pensions pour un gouvernement, ça, nous le savions. L’épisode Delevoye a éclairé un autre des enjeux du projet gouvernemental : l’ouverture au marché des assurances privées de nos retraites.
Les jours qui viennent seront décisifs. Le mouvement syndical a marqué des points et le gouvernement est acculé. Il doit faire des concessions. Les personnels de l’Éducation ont gagné la bataille de l’opinion sur la nécessité d’une revalorisation de leurs rémunérations. Poursuivons nos actions et nos campagnes pour nos retraites et nos salaires.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Crise de vert
    Une fois les premiers commentaires sur les élections municipales passés, il s’agit d’approfondir quelque peu les analyses. Dimanche 28 juin, seuls quatre électeurs sur dix sont allés voter. Ce chiffre... Lire la suite (3 juillet)
  • Grâce et disgrâce
    Que de louanges sur l’engagement des professeurs n’a-t-on entendues pendant le confinement  : soucieux de préserver le lien des élèves avec l’école, utilisant leur propre matériel, ne ménageant ni peine... Lire la suite (13 juin)
  • Les jours d’après
    Impréparation, improvisation, contradictions, les substantifs abondent pour qualifier la gestion calamiteuse de la crise sanitaire et le plan de retour des élèves en classe. N’écoutant ni Conseil... Lire la suite (21 mai)
  • Cavalier seul
    En période de crise sanitaire, la parole de l’État est attendue et scrutée. Elle doit éviter de nourrir l’anxiété, être mesurée. Coup de théâtre, le président de la République a annoncé un déconfinement à... Lire la suite (25 avril)
  • Aux fraises !
    Le ministre de l’Agriculture, emphatique, lance un appel aux personnes désœuvrées afin de « rejoindre la grande armée de l’agriculture française ». À sa rescousse, sa collègue, porte-parole du... Lire la suite (28 mars)