Actualité théâtrale

"A quelques pas d’elle" au Tarmac de la Villette, jusqu’au 29 septembre

Michèle Nguyen, auteur et interprète de ce texte, née en Algérie d’un père vietnamien et d’une mère Belge, était intéressée par le thème du Vietnam qui est à moitié son pays. "A quelques pas d’elle" est le résultat de deux voyages qu’elle effectua au Vietnam. Le premier a servi à capter des sons et à réaliser des interviews. Le second, consacré à l’élaboration du spectacle, favorisa l’approche de la danse traditionnelle vietnamienne.
A quelques pas d’elle est l’aboutissement d’un long travail d’écriture basé sur la musicalité de la parole, sur la gestuelle et la danse, et sur des textes mêlant le monde des mythes à celui du quotidien ordinaire.
Le son du quotidien est devenu musique, les bruits d’une circulation intense, des klaxons, des cris d’enfants, des aboiements de chiens se mélangent et produisent ce fond sonore qu’on isole ou qui accompagne le texte.
Mise en scène par Alberto Garcia Sanchez, ce spectacle qu’on peut voir sur la scène du Tarmac de le Villette jusqu’au 29 septembre est magnifique. A la fois poétique, drôle et infiniment gracieux, il est également d’une subtilité et d’un intelligence rares. On garde longtemps après le noir, l’image de la silhouette menue de Michèle Nguyen et de son visage qui passe en une fraction de seconde du masque grave à l’expression d’espièglerie la plus réjouissante. On est ému et dans le même instant, on rit de bon cœur. La phrase leitmotiv du spectacle dit : "Ce que je voulais, c’est vous parler d’une certaine musique, une musique que j’ai entendue là-bas". C’est effectivement cette musique qu’on entend mais c’est aussi en écho, une multitude de révélations qui nous arrivent, d’infimes détails de la vie qui en disent long, de ceux qui, mis bout à bout, composent l’essentiel. A voir, absolument.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Serge »
    On connaissait la qualité de comédiens des acteurs de la Comédie Française, ils nous surprennent encore. Certains d’entre eux sont en effet de très bons chanteurs et musiciens. C’est le cas de... Lire la suite (27 mai)
  • « Eau chaude à tous les étages »
    1955. Quatre jeunes employées de l’Hôtel Moderne s’affairent - gentiment car le patron est absent - à tout mettre en ordre, car le lendemain va commencer l’affluence avec la semaine des Arts ménagers.... Lire la suite (21 mai)
  • « La rose et la hache »
    La mise en scène par Georges Lavaudant en 1979 de cette adaptation, écrite par Carmelo Bene du Richard III de Shakespeare, fut tout de suite très remarquée. Ovationnée ensuite au Festival d’Avignon en... Lire la suite (20 mai)
  • « Folie »
    Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas... Lire la suite (19 mai)
  • « Un ennemi du peuple »
    Tomas Stockmann a créé avec son frère un établissement de cure qui rend la ville, dont ce dernier est le préfet, prospère. Tomas est le médecin de l’établissement, mais il vient de se rendre compte que... Lire la suite (16 mai)