Articles parus dans l’US

DROIT À MOURIR DANS LA DIGNITÉ

À tout petits pas...

Il aura fallu trois longues années pour que la montagne accouche d’une souris : la loi sur la fin de vie votée par l’Assemblée nationale reste pour le moins timorée et n’apporte que quelques améliorations par rapport à la loi de 2005.
Certes, la voix des patients sera mieux prise en compte : les médecins seront désormais tenus de respecter les volontés exprimées par le ou la patient(e) concernant le non-acharnement. Une personne de confiance pourra être désignée pour
prendre les décisions sur la fin de vie – on pense évidemment à éviter une nouvelle affaire Imbert.
Enfin, il sera possible d’avoir recours à une sédation longue et profonde dans les tout derniers moments de vie.

Au milieu du gué

Et pourtant, il n’y aura pas d’assistance active à mourir, euthanasie ou suicide assisté. La sédation profonde, systématiquement accompagnée de l’ar-
rêt des soins, de la nutrition et de l’hydratation, est en cela symptomatique de cette hypocrisie :
elle consiste en réalité à laisser les patients dépérir, et laissera bien des familles dans la souffrance. Le gouvernement, échaudé par le mariage pour toutes et tous, a été bien frileux : il a confié la question à un collège d’experts et à un panel de citoyens, comme s’il y avait urgence à ne pas faire de vagues.
Cette loi manque cruellement d’ambition en ce qui concerne plus largement l’accompagnement de la dépendance et de la fin de vie. Rappelons que seuls 20 % des patients qui auraient besoin de soins palliatifs y ont accès, dans des hôpitaux
débordés et formés à sauver, non à accompagner dans la mort. Alors que 70 % des français souhaitent mourir chez eux, rien n’est fait pour les accompagner et les soulager à domicile.
Voilà qui aurait, à coup sûr, amélioré le confort des malades en fin de vie.
On attendait plus que cela pour les patients et leurs proches.

Aurélia Sarrasin

Autres articles de la rubrique Articles parus dans l’US

  • Motion de soutien : Pas touche à Charlène
    Le SNES-FSU exige la régularisation de Charlène Mayamba Cosi. Charlène Mayamba Cosi est une jeune femme de 19 ans menacée d’expulsion. Arrivée du Congo enceinte comme mineure isolée en décembre... Lire la suite (4 octobre)
  • Migrants : Droits maritimes bafoués
    L’été s’est encore révélé meurtrier en Méditerranée. Les États européens n’appliquent toujours pas les droits maritimes essentiels et refusent les naufragés secourus. Ces derniers, des enfants en bas âge,... Lire la suite (3 septembre)
  • Enfance : dans les limbes
    La loi Schiappa sur la protection de l’enfance fait l’unanimité... contre elle. Fait rarissime dans un domaine où tous les acteurs œuvrent généralement dans un but commun, les associations... Lire la suite (3 septembre)
  • Lyon : Capitale de l’extrême droite
    Cette image déplorable surgit à nouveau dans les médias. L’annonce par Marion Maréchal de l’implantation de son institut de science politique, la tenue du bureau du FN le 1er juin, sont un symbole.... Lire la suite (5 juillet)
  • Violences policières : manifester est un droit
    En mai dernier, une grenade dite assourdissante arrachait la main d’un militant sur la ZAD de Notre-Dame-des- Landes. Son nom s’ajoute à la longue liste des militants gravement blessés lors de... Lire la suite (5 juillet)