Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Carlos Saboga (Portugal-France)

"A une heure incertaine" Sortie en salles le 10 février 2016.

En 1942, deux jeunes réfugiés français, Boris et Laura, tentent de trouver refuge dans la Portugal de Salazar.

Arrêtés par la police, ils sont sauvés par l’inspecteur Vargas qui, séduit par la jeune femme, les héberge clandestinement chez lui, dans l’immense hôtel déserté où il vit avec sa fille Ilda et sa femme gravement diminuée par la maladie.

Ilda qui entretient avec son père des rapports d’une grande tendresse ne va pas tarder à découvrir la

présence des clandestins, flairer l’idylle entre son père et Laura et sombrer dans les affres d’une jalousie destructrice.

Dès lors, elle n’aura comme seul objectif que de faire disparaître les deux réfugiés…

Cinéma : à une heure incertaine

Le film de Carlos Sabago se situe dans le cadre de la guerre de 1939-1945, dans le Portugal de Salazar tenu à l’écart du conflit mondial.

Bien que soumis à une dictature impitoyable, ce pays est devenu à l’époque paradoxalement un refuge et une terre de liberté pour des milliers d’individus fuyant les horreurs de la guerre, la déportation où l’exécution qui les menace.

"A une heure incertaine " établit une ligne parallèle entre le décor clos où se situe le récit et la situation du Portugal isolé à la fois du reste du monde et de l’histoire en marche.

Cet immense hôtel désaffecté où vivent l’essentiel des personnages donne sa tonalité au film. De longs couloirs sombres, des pièces plongées dans la pénombre, des lieux fantômes imposent une atmosphère oppressante.

Les personnages semblent évoluer à la faveur de désirs exacerbés par l’enfermement.

La photographie, les cadrages sont superbes jouant avec les clairs obscurs, les couleurs brunes et les intérieurs feutrés.

Mais si le film de Sabado est esthétiquement très soigné, précis jusque dans les flous, dans l’imprécision des contours, il ne désincarne pas pour autant les personnages qui restent totalement livrés aux sentiments qui les occupent : amour, haine, jalousie, désir aveugle de vengeance, goût de la cruauté….

Et si rien n’apparaît du conflit mondial qui fait rage, les comportements de chacun rejoignent d’une façon ou d’une autre et dans des attitudes contrastées, l’inquiétude, les tensions, le poids d’une guerre toute proche qui, à tout moment peut surgir.

Un film d’une grande beauté empreint d’une douceur équivoque qui traduit tous les dangers dont l’humain peut être la victime ou l’instigateur.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)