Actualité théâtrale

Jusqu’au 17 juin au Lucernaire

« ABCD’airs »

Elles se sont mises à quatre, un piano, une contrebasse, un hautbois/cor anglais et une voix, pour nous emmener dans un concert insolite, un voyage de A à Z qui passe d’un genre musical à l’autre et de la poésie au burlesque. A d’abord, pour nous prouver qu’on peut faire de la musique avec des « Ah, ah, ah » en s’accompagnant des mains que l’on frappe, des doigts que l’on claque et des pieds que l’on tape, Z à la fin, pour ouvrir un zapping musical ou chanter Z’avez pas vu Mirza (il fallait y penser !) mais aussi L comme Loup ou T comme Toccata ou Take five. Les genres se télescopent, on passe de Rameau à Kurt Weill, de Camille Saint-Saens à Astor Piazzola, de Katchaturian à John Cage, le tout dans un joyeux désordre, très organisé, où règne un humour déchaîné avec jeu sur les mots et jeu sur et avec les instruments, duos ping-pong ou ensemble très chorégraphié.

Théâtre : ABCD'airs

Ces quatre musiciennes, lauréates de nombreux concours, qui excellent sur leurs instruments, sont aussi capables de jouer la comédie et de bouger sur une scène. Avec XY elles nous entraînent, sur les pas de Ricet-Barrier, dans le terrible et hilarant voyage des spermatozoïdes vers le paradis de l’ovule. Claude Collet est prête à accompagner au piano ses camarades qui se lancent dans le jeu des phrases impossibles sur lesquelles s’exercent les orateurs et en font une sorte de canon. Avec Amandine Dehant la contrebasse n’apparaît plus lourde du tout, elle devient presque vivante, partenaire d’un paso-doble endiablé. Anne Regnier, qui est à l’origine du projet, déploie une virtuosité impressionnante au hautbois et au cor anglais dont elle fait la preuve dans Take five . Enfin avec la belle voix d’Anne Baquet on a à peine le temps de s’installer dans l’émotion de la Traviata qu’on est déjà passé au rire.

On ne sait plus ce dont il faut le plus se régaler, leur talent musical ou leurs qualités d’actrices. Ne tranchez pas, courez les voir et rire avec elles !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 16h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)