Actualité théâtrale

Jusqu’au 17 juin au Lucernaire

« ABCD’airs »

Elles se sont mises à quatre, un piano, une contrebasse, un hautbois/cor anglais et une voix, pour nous emmener dans un concert insolite, un voyage de A à Z qui passe d’un genre musical à l’autre et de la poésie au burlesque. A d’abord, pour nous prouver qu’on peut faire de la musique avec des « Ah, ah, ah » en s’accompagnant des mains que l’on frappe, des doigts que l’on claque et des pieds que l’on tape, Z à la fin, pour ouvrir un zapping musical ou chanter Z’avez pas vu Mirza (il fallait y penser !) mais aussi L comme Loup ou T comme Toccata ou Take five. Les genres se télescopent, on passe de Rameau à Kurt Weill, de Camille Saint-Saens à Astor Piazzola, de Katchaturian à John Cage, le tout dans un joyeux désordre, très organisé, où règne un humour déchaîné avec jeu sur les mots et jeu sur et avec les instruments, duos ping-pong ou ensemble très chorégraphié.

Théâtre : ABCD'airs

Ces quatre musiciennes, lauréates de nombreux concours, qui excellent sur leurs instruments, sont aussi capables de jouer la comédie et de bouger sur une scène. Avec XY elles nous entraînent, sur les pas de Ricet-Barrier, dans le terrible et hilarant voyage des spermatozoïdes vers le paradis de l’ovule. Claude Collet est prête à accompagner au piano ses camarades qui se lancent dans le jeu des phrases impossibles sur lesquelles s’exercent les orateurs et en font une sorte de canon. Avec Amandine Dehant la contrebasse n’apparaît plus lourde du tout, elle devient presque vivante, partenaire d’un paso-doble endiablé. Anne Regnier, qui est à l’origine du projet, déploie une virtuosité impressionnante au hautbois et au cor anglais dont elle fait la preuve dans Take five . Enfin avec la belle voix d’Anne Baquet on a à peine le temps de s’installer dans l’émotion de la Traviata qu’on est déjà passé au rire.

On ne sait plus ce dont il faut le plus se régaler, leur talent musical ou leurs qualités d’actrices. Ne tranchez pas, courez les voir et rire avec elles !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 16h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)